Open Access
Issue
Climatologie
Volume 9, 2012
Climats et changement climatique dans les villes
Page(s) S11 - S32
DOI https://doi.org/10.4267/climatologie.543
Published online 09 October 2015

© Association internationale de climatologie 2012

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, except for commercial purposes, provided the original work is properly cited.

Introduction

L’îlot de chaleur urbain (ICU) correspond à l’augmentation relative de la température de surface et de l’air dans la partie centrale de l’agglomération par rapport à sa périphérie. Il résulte de l’hyper-concentration des hommes et de leurs activités dans les villes où dominent les surfaces artificialisées (rues, parkings, bâtiments…), à la différence des campagnes avoisinantes où règnent des surfaces plus végétalisées. Ce différentiel ville/campagne induit une modification du rapport entre chaleur latente et chaleur sensible. L’accélération remarquable du rythme d’urbanisation dans le monde depuis les années 1950 a donné lieu à de nombreuses études sur l’ICU. A titre d’exemples, nous citons les études de Chandler (1965) sur Londres, Bornstein (1968) et Oke (1973) en Amérique du Nord, Dettwiller (1970), Cantat (1986) sur Paris et Carrega (1994) sur Nice. Les buts de ces études sont de comprendre la dynamique des échanges énergétiques dans la couche limite urbaine (Oke, 1987), de conserver l’énergie, de prévoir les problèmes de santé liés à la hausse des températures (Buckley et al., 1972; Roseufeld et al., 1998; Oke et al., 1999) et de définir la relation entre les espaces verts, la morphologie urbaine et l’ICU (Weng et al., 2004; Hamdi et Schayes, 2008).

Le littoral tunisien a connu, depuis trois décennies, une croissance rapide de sa population ainsi qu’une forte hausse de son taux d’urbanisation : à Sfax, capitale régionale, le nombre d’habitants de l’agglomération est passé de 270 000 en 1975 à 400 000 en 1997, et à environ 550 000 en 2010. Cette expansion urbaine (résidentielle et industrielle) s’est faite au détriment des espaces ruraux plus ou moins végétalisés (champs d’amandier et d’olivier), dont les propriétés thermiques et radiatives sont différentes de celles des milieux urbanisés. Cette artificialisation a induit des modifications climatiques, dont une des plus perceptibles est la formation de l’ICU. Ce phénomène apparaît par temps anticyclonique avec un ciel clair et un vent calme. Cette situation météorologique radiative est relativement fréquente dans les régions méditerranéennes semi-arides comme Sfax. L’objet de cette étude est de parvenir, en premier lieu, à une meilleure connaissance de l’impact de la structure urbaine et de son évolution sur la spatialisation des températures de l’air et de surface en été. En deuxième lieu, nous souhaitons étudier l’impact de l’ICU sur la consommation de l’énergie électrique durant la saison chaude.

1. Données, méthodes et zone d’étude

1.1. Données et méthodes

L’évolution de l’espace bâti entre 1987 et 2010 est comparée aux changements de la répartition spatiale des températures de surface entre ces deux années. L’occupation du sol est étudiée par le traitement visuel et numérique (composition colorée, classification supervisée) de 3 images Landsat TM prises en juillet 1987, 2001 et 2010. Ces images sont enregistrées le matin, vers 9 h 30 TU avec une résolution spatiale de 28 m pour les bandes du visible et du proche infrarouge (4ème) et de 60 m pour la bande thermique (6ème). Les températures de surface diurnes sont déduites à partir de cette dernière après correction des effets atmosphériques en utilisant le calculateur du site web http://landsat.gsfc.nasa.gov/atm_corr (Barsi et al., 2003). Cependant, le champ thermique nocturne est étudié à partir de 3 images NOAA-AVHRR (National Oceanic and Atmospheric Administration - Advenced Very High Resolution Radiometer) prises durant les mêmes dates que les images Landsat citées ci-dessus. Le capteur AVHRR, en dépit de sa faible résolution spatiale, est capable de détecter des écarts thermiques de l’ordre du dixième de degré Celsius (Gallo et al., 1993). Le format de données AVHRR choisi est de type LAC (Local Area Coverage), soit avec une résolution spatiale de 1,1 km. Les deux canaux 4 et 5, enregistrés dans l’infrarouge thermique (respectivement 10,3-11,3 μm et 11,5-12,5 μm) sont utilisés. Les images sont obtenues auprès du Satellite Active Archive de la NOAA. Les valeurs numériques sont converties en degrés Celsius après la correction des effets atmosphériques par la méthode du Split Window en utilisant la formule de Deschamps and Phulpin (1978).

L’ensemble des images satellitaires utilisées dans ce travail ont été choisies parmi une présélection de plusieurs dizaines d’images en se référant aux données météorologiques tri-horaires (des situations radiatives permettant l’étude de l’ICU sont retenues) et en fonction de leurs qualités. Toutes les images sont corrigées géométriquement suivant le système de projection (UTM WGS84) avant d’être soumises à une classification non supervisée. Les résultats sont intégrés dans un Système d’Information Géographique permettant la superposition des données afin de faciliter l’approche comparative et permettant des analyses spatiales (croisement de couches et mesure de distances).

En complément, nous comparons la répartition spatiale des températures de l’air (à 2 m du sol) mesurées à l’échelle de l’agglomération en 2002 à celles mesurées en 2010 en utilisant la technique des mesures itinérantes. Cette technique permet de pallier le manque d’informations sur la température de l’air en ville. En effet, à Sfax, la température de l’air est mesurée seulement à la station de Sfax-el-Maou, située à l’aérodrome (à 6 km du centre-ville), jusqu’en 2007, année durant laquelle une deuxième station a été installée au port de pêche. Les mesures ont été effectuées la nuit, sur des parcours choisis de façon à couvrir les principaux axes de circulation, depuis le centre-ville jusqu’à la grande banlieue. Quatre séries de campagnes de mesures ont été effectuées (deux en juillet 2002 et deux en juillet 2010) lors des situations radiatives qui favorisent l’apparition des plus forts contrastes thermiques entre la ville et sa périphérie (Cantat, 2004). Les mesures ont été faites par des sondes thermo-hygrométriques (Testo) et les déplacements (en automobile ou en moto) ont été faits simultanément par trois équipes afin d’assurer une couverture de l’espace étudié en un minimum de temps.

Les résultats issus des campagnes de mesures itinérantes et des images satellitaires sont complétés par des mesures continues réalisées sur de plus longues périodes par des stations météorologiques fixes. Un réseau de quatre stations de mesure de type Davis a été mis en place du 25 juin au 8 août 2006 dans l’agglomération de Sfax. L’environnement immédiat des stations est fourni par une fenêtre de 100 m de coté d’une image IKONOS de résolution métrique prise en mai 2004 (figure 1). Deux types d’environnement se distinguent : le milieu urbain caractérisé par la densité du bâti et le milieu rural ou périurbain en bâti lâche et en surfaces végétalisées. Selon Oke (1987), une station est considérée comme rurale si le taux des surfaces végétalisées dans un rayon de 500 m dépasse 80%. C’est le cas pour la station Davis n°4 et celle de l’aérodrome, gérée par l’INM (Institut National de la Météorologie). Lors de l’installation des stations, nous avons essayé au maximum d’éviter les sources de chaleur artificielles et les bâtiments qui modifient l’exposition du site par rapport au rayonnement solaire. Les sites choisis sont les suivants :

  1. Quartier de densité moyenne, situé à 1 km du centre-ville. Le capteur thermo-hygrométrique est implanté dans un jardin situé à 20 m de la route de Soukra bordé tantôt par des immeubles et tantôt par des habitats résidentiels.

  2. Quartier populaire dense (Cité El Bahri) situé à 4 km au SO du centre-ville. Le capteur thermo-hygrométrique est implanté à 2 m au dessus du toit d’une maison. Nous avons été obligés de choisir ce site en raison de l’absence d’autres alternatives. La maison choisie est située au coin et son toit n’est pas clôturé afin d’éviter le rayonnement des parois et l’effet de masque.

  3. Quartier d’une commune périphérique (Saquiet Eddaïer), situé à 8 km du centre-ville. Le capteur a été installé dans un jardin situé à 80 m de la route de Mahdia.

  4. Champ d’amandier situé à 16 km à l’Ouest du centre-ville et éloigné de 3 km de la route de Menzel Chaker. Le milieu environnant est totalement dégagé.

thumbnail Figure 1

Cartographie synthétique de l’occupation du sol dans l’agglomération de Sfax (A) et localisation du milieu environnant des stations météorologiques (B) ; source de A : image Landsat TM prise le 19 juillet 2010 ; source du fond de B : image Ikonos prise en mai 2004. Land cover map of Sfax town (A) and location of weather stations (B); source for A: Landsat TM - July 19, 2010; source for background B: Ikonos image - May 2004).

Pour toutes les stations, les thermo-hygromètres ont été placés à 2 m du sol et à plus de 5 m des parois. Les anémomètres ont été placés à environ 10 m du sol. Un pas de temps de 5 minutes entre deux enregistrements a été choisi afin de pouvoir détecter les changements temporels rapides des paramètres météorologiques. Nous mesurons le vent dont la variation de vitesse en fonction de la rugosité du substrat peut expliquer, en partie, la température de l’air (Dahech, 2007).

Le tableau 1 récapitule les mesures météorologiques et les images satellitaires utilisées dans ce travail.

Tableau 1

Tableau récapitulatif des images satellitaires et des mesures météorologiques fixes et itinérantes utilisées dans ce travail. Summary table of satellite images and fixed and itinerant meteorological measures used in this work.

Enfin, nous avons mené une enquête auprès de 1000 habitants (foyers) afin d’étudier la perception de la surchauffe par les habitants, l’utilisation des climatiseurs ainsi que la consommation d’énergie électrique en été. Nous avons adopté un plan d’échantillonnage stratifié aléatoire (les strates sont les types d’habitation et la distance par rapport au centre; figure 2). On trouvera en annexe un exemplaire du questionnaire distribué. Dans ce travail, nous présentons quelques résultats de cette enquête que nous détaillerons dans de futurs travaux.

thumbnail Figure 2

Plan d’échantillonnage de l’enquête sur l’utilisation des climatiseurs et la variation de la consommation de l’énergie électrique en fonction du type de logement et de l’éloignement au centre-ville. Sample design diagram of the use of air conditioners and the variation of electricity consumption according to type of housing and distance from the downtown area.

1.2. Une ville qui s’étale dans une plaine littorale semi-aride avec un tissu urbain très dense autour du centre

Sfax est située dans le sud-est de la Tunisie, à 34°50’N et 10°E (figure 1). Cette agglomération est caractérisée par l’importance du secteur industriel (second pôle d’activités industrielles du pays), avec notamment de nombreuses implantations propres aux secteurs chimiques et agroalimentaires le long de la côte, de part et d’autre du centre-ville. L’agglomération de Sfax, aménagée sur une plaine côtière, possède un plan de type semi-radio-concentrique de 10 à 15 km de rayon comme le montre la carte de l’occupation du sol (figure 1A), élaborée conjointement à partir d’une classification dirigée d’une composition colorée obtenue à partir d’une image Landsat TM prise en juillet 2010 et des observations de terrain. Dans le secteur d’étude se trouvent deux modes principaux d’occupation du sol : l’agglomération au centre, bordée à l’est par la Méditerranée, et d’importants périmètres agricoles en périphérie. Les zones d’habitat les plus denses se localisent dans le centre-ville (Médina, quartier européen et Sfax El Jadida), les faubourgs qui le couronnent (Rbat) et dans les quartiers populaires denses comme ceux de la route Sidi Mansour (cité Hamza et Bourguiba) et Sfax El Garbia (cité El Habib et El Bahri) et le long des principales radiales qui convergent vers le centre. Cependant, l’habitat résidentiel, caractérisé par une occupation mixte, domine les zones inter-radiales et périphériques. Dans la ville, il y a peu d’espaces verts. Quelques périmètres irrigués s’observent au sud de l’agglomération dans la zone de Sidi Abid à proximité de l’aéroport. L’agglomération est couronnée par de vastes champs d’amandier et d’olivier avec la présence de l’habitat dispersé (figure 1A).

Le climat est semi aride chaud : les précipitations annuelles ne dépassent pas 250 mm et les températures mensuelles moyennes oscillent entre 11,2°C en janvier et 26,6°C en août (figure 3). Deux saisons distinctes caractérisent Sfax : l’hiver doux et légèrement humide et l’été chaud et sec.

thumbnail Figure 3

Diagramme ombrothermique de Sfax (période 1970-2002, données INM). Diagram showing average monthly thermal and rainfall in Sfax (period 1970-2002, INM data).

1.3. Une agglomération en expansion continue

La superficie de l’agglomération de Sfax a triplé entre 1970 (7 000 ha) et 2000 (21 000 ha; Kallel, 1993; Bennasr, 2005). Elle est estimée à environ 25 000 ha aujourd’hui. D’après l’Institut National des Statistiques (INS), le nombre de logements dans les 7 communes du Grand Sfax est passé de 17 830 en 1966 à 102 407 en 1994, pour atteindre 144 010 en 2004. Environ 1 621 ha des terres agricoles et naturelles situées à la périphérie sont passés partiellement ou totalement à l’usage urbain entre 1990 et 2000 (Bennasr, 2005). La figure 4 montre la répartition des surfaces bâties dans l’agglomération en juillet 1987, 2001 et 2010.

thumbnail Figure 4

Les surfaces bâties à Sfax en juillet 1987, 2001 et 2010 (source : classifications supervisées de trois images Landsat TM, projection UTM WGS84). The built areas in Sfax in July 1987, 2001 and 2010 (source: supervised classifications of three Landsat Tm, projection: UTM WGS84).

Entre 1987 et 2010, la superficie totale des pixels correspondant à des espaces bâtis a évolué d’environ 3 000 ha à près de 8 300 ha, soit une augmentation de 275%. Ces chiffres demeurent approximatifs en raison des limites de la méthode utilisée. En effet, en dépit des avantages qu’offrent les images Landsat TM (bonne résolution spectrale, vision synoptique, accessibilité et prises dans des conditions météorologiques semblables par le même satellite), la principale limite est la résolution spatiale (28 m) qui n’est pas suffisamment fine pour le traçage exact du trait de côte ou de tout autre contour, et pour faire ressortir les constructions dispersées et/ou isolées dans la zone périurbaine. Certaines cibles comme les terrils de phosphogypse et les croûtes calcaires au NO de l’agglomération prêtent à confusion avec le bâti puisqu’ils donnent à peu près la même réflectance. Après la classification, nous avons rectifié le calcul de la superficie du bâti grâce aux travaux de vérification sur le terrain. En outre, certains pixels peuvent comprendre à la fois des surfaces bâties et naturelles. La bonne connaissance du terrain permet d’apporter une solution en vue de produire une classification et des statistiques acceptables.

Le tissu urbain de l’agglomération sfaxienne s’est étendu dans toutes les directions. Le centre-ville a enregistré une expansion vers l’ouest par la construction de « Sfax El Jadida ». Plusieurs quartiers populaires denses ont été construits à la fin des années 1970 et au début des années 1980, en réponse au vaste mouvement d’exode rural. A titre d’exemple, nous citons les cités « El Bahri », « El Habib » et « Ennour » situés à environ 4 km au sud-ouest (ces quartiers comptent aujourd’hui environ 120 000 habitants). Les années 1990 ont connu aussi la construction d’autres quartiers, mais parfois moins denses comme les cités « El Ons » à 10 km au nord et « Essaâda » à 3,5 km au sud-ouest du centre-ville. Ce dernier quartier a comblé l’espace colonisé par des amandiers qui existait entre les cités « El Bahri » et « El Habib » (figure 4). L’habitat isolé, constitué par des villas entourées de petits jardins, s’est étalé au dépens des terres agricoles jusqu’à atteindre aujourd’hui la rocade située à 11 km du centre-ville. En parallèle, l’espace consacré à chaque villa est désormais de plus en plus réduit suite à la fragmentation des parcelles. En plus des terrains réservés aux habitations, l’espace a été occupé par d’autres établissements appartenant aux secteurs de l’hôtellerie, la santé, l’éducation, l’agriculture (principalement des poulaillers) et l’industrie (des huileries par exemple). Par conséquent, le rapport surfaces bâties/surfaces naturelles a augmenté progressivement.

Le volume des espaces bâtis a fortement augmenté suite à l’extension verticale croissante de l’agglomération. Aujourd’hui, plus de 80% des maisons des quartiers « El Habib », « El Bahri » et « Ennour » ont gagné un ou deux étages en hauteur comme la plupart des quartiers populaires de la ville (Dahech, 2007). L’évolution verticale est perceptible aussi dans le centre-ville qui, à l’exception de la Médina, a vu l’apparition d’immeubles dépassant six étages comme « Taparura », « Intilaka », « El Manar » et l’hôtel « Sfax-centre », construits entre la fin des années 1980 et le début des années 1990 dans le quartier européen. Cette tendance s’est poursuivie durant la dernière décennie avec la rénovation de quelques bâtiments comme l’hôtel « Zitouna » et la construction d’autres comme « l’Océan bleu », « Carthago », « Elyssa » et « Rex palace ». A l’ouest de la Médina, les immeubles de Sfax El Jadida ont changé le paysage urbain de la partie occidentale du centre-ville durant la dernière décennie. Cette même évolution a aussi concerné une partie des villas, situées de 2 à 6 km du centre-ville, qui ont été transformées en immeubles de cinq étages en moyenne; c’est par exemple le cas le long des routes El Aîn, Soukra, Tunis, Taniour, Gremda et Mharza.

A Sfax, la tendance générale est de passer d’une morphologie urbaine en radiales (« doigts de gants ») à une urbanisation plus homogène qui comble les vides interstitiels (l’espace inter-radiales) avec une « verticalisation » au bord des grandes routes. Les projets de l’Agence Foncière de l’Habitat comme El Ons (7 000 logements) au nord, Gremda El Jadida à l’ouest (1 750 logements) et El Mansoura au nord (2 500 logements) rentrent dans ce contexte.

2. Evolution de la répartition spatiale des températures de surface dans l’agglomération de Sfax (1987-2010)

2.1. Spatialisation des températures nocturnes : le phénomène de l’îlot de chaleur urbain

Les trois images NOAA-AVHRR sélectionnées ont été prises le 19 juillet 2010, le 26 juillet 2001 et le 29 juillet 1987 à environ 01 h TU. Elles correspondent à des situations anticycloniques estivales classiques, avec un ciel clair, un vent très faible voire nul (1 m/s) à l’aéroport et une amplitude thermique quotidienne d’environ 10°C (les températures de l’air oscillent entre 24 et 35°C). Cette situation météorologique persistait déjà durant les dix jours précédents la prise des scènes. L’ICU a la forme d’un demi-cercle limité à l’est par la mer et par le tissu urbain discontinu et la campagne à l’ouest (figure 5).

thumbnail Figure 5

Répartition spatiale des surfaces bâties et des températures de surface dans l’agglomération de Sfax observées le 29 juillet 1987 (A), le 27 juillet 2001 (B) et le 19 juillet 2010 (C) ; températures de surfaces déduites à partir d’images NOAA-AVHRR prises vers 01 h TU et surfaces bâties obtenues à partir d’images Landsat TM. Spatial distribution of built areas and surface temperatures in Greater Sfax observed in July 29, 1987 (A), July 27, 2001 (B) and July 19, 2010 (C); surface temperature derived from NOAA-AVHRR images taken around 01 am and surfaces built obtained from Landsat TM.

Il est formé de deux couronnes. L’étude multi-dates de l’ICU dans l’agglomération de Sfax montre que l’accélération du rythme de l’urbanisation en 2010 s’est accompagnée par une extension de chaque couronne de l’ICU par rapport à 1987 et 2001. En effet, des températures de brillance de 23°C sont relevées dans la première couronne, présente sur les trois images. Cette couronne englobe le centre-ville (Médina + quartier européen + Sfax El Jadida), le quartier de « Rbat » (faubourg), la zone portuaire et une partie des zones industrielles (rayon inférieur à 3 km). La Médina est entourée par des remparts, caractérisée par des habitations très denses. Le quartier européen et Sfax El Jadida sont formés d’immeubles de hauteurs variables allant jusqu’à onze étages. Le quartier de « Rbat », construit au début du vingtième siècle, représente la zone d’extension du noyau principal de la ville de Sfax. Parallèlement à la côte s’étendent les deux zones industrielles de la ville (« la Poudrière » au nord-est et « El Maou » au sud) constituées de vastes surfaces bâties. Ces surfaces stockent la chaleur le jour et demeurent également relativement chaudes la nuit. Outre la nature des surfaces qui caractérisent le centre-ville de Sfax et les deux zones industrielles, les gaz émis par les automobiles et les usines polluantes, émettant notamment du dioxyde de carbone, dioxyde de soufre et dioxydes d’azote, favorisent les processus photochimiques dans l’atmosphère urbaine. Ces interactions physico-chimiques, en modifiant le bilan radiatif local, peuvent renforcer l’effet de dôme thermique. La deuxième couronne dont la température est de 22°C est très restreinte sur l’image de 1987 (figure 5A) et elle est plus étendue sur l’image de 2010 (figure 5C) où son rayon varie régionalement de trois à cinq kilomètres. Elle est formée par un tissu urbain moins continu que le centre-ville, avec les quartiers densément peuplés tels que les quartiers de «Sfax El Garbia ».

Au-delà des deux couronnes, repérables à partir de leur température relativement élevée, dominent les habitations résidentielles formées généralement par des villas entourées de jardins (18-20°C sur la figure 4). Ce type d’habitat est surtout développé au nord, au nord-ouest et au sud-ouest de la ville, le long des principales voies de communication, telles que les routes de Tunis et Taniour au nord, et la route de Gabés au sud/sud-ouest. Cet espace urbain discontinu était plus proche du centre-ville en 1987. Il a été repoussé vers la périphérie aux dépens de la campagne sur les images de 2001 et 2010. Une grande partie de cet espace s’est transformée en tissu urbain continu en 2010, d’où une augmentation des températures de surface par rapport aux situations enregistrées en 2001 et 1987.

Après la zone d’habitation résidentielle, l’habitat devient plus dispersé et ce sont essentiellement des champs d’amandiers et d’oliviers qui dominent. Ces espaces périphériques enregistrent des températures de surface de l’ordre de 16 à 18°C, c’est-à-dire avec une différence d’environ 7°C par rapport au centre-ville (figure 5). Ces champs s’échauffent moins que le centre-ville le jour grâce au phénomène d’évapotranspiration. Ils étaient plus proches du centre-ville en 1987 (5 km) et ils couronnent actuellement l’agglomération à partir de 9 km du centre-ville.

2.2. Spatialisation des températures de surface diurnes

Les images sélectionnées sont enregistrées durant les mêmes dates que les images nocturnes. Pour cette partie des analyses sont utilisées des images Landsat TM en plus des images NOAA-AVHRR. Les deux satellites sont héliosynchrones sauf que la répétitivité du deuxième est plus élevée. Ainsi sont analysées des images Landsat TM prises vers 9 h 30 TU et des images NOAA-AVHRR prises vers la même heure, mais aussi un peu plus tard au début de l’après midi.

En été, à 9 h 30, soit 10 h 30 en heure locale, l’effet de la brise de mer n’est perceptible que près de la côte car elle pénètre jusqu’à 5 kilomètres environ dans le continent à cette heure-ci (Dahech, 2007). Par conséquent, l’arrière-pays demeure plus chaud que la bande côtière (figure 6). Cependant, un îlot de fraîcheur s’observe sur les deux types d’images utilisées et durant les trois dates sélectionnées. Cet îlot prend une configuration similaire à celle de l’îlot de chaleur nocturne : une forme semi-radioconcentrique liée à la répartition du bâti dans l’agglomération. Les zones relativement denses sont les plus fraîches. Elles enregistrent environ 30°C contre 32°C pour le bâti discontinu et 38°C pour la périphérie où dominent les oliviers et l’habitation dispersée. L’îlot de fraîcheur s’explique, en premier lieu, par le fait que les rues et certains bâtiments des zones densément bâties gardent un taux d’humidité relativement élevé à cause du phénomène de rosée observé en fin de nuit (constat confirmé par des mesures ponctuelles du point de rosée par le réseau de stations fixes décrit dans la partie sur les méthodes). En fait, ces zones sont plus humides parce qu’elles sont imperméables, ombragées par endroit et moins ventilées que la campagne environnante. En deuxième lieu, le centre-ville est particulièrement frais sous l’effet de l’ombre car à 10 h, l’heure de la prise de vue, le rayonnement solaire incident est incliné et beaucoup de surfaces restent à l’ombre (figure 6).

thumbnail Figure 6

Répartition spatiale des températures de surface observées le 29 juillet 1987 (A), le 26 juillet 2001 (B) et le 19 juillet 2010 (C) à environ 9 h TU dans l’agglomération de Sfax (températures de surfaces déduites à partir des canaux 4 et 5 des images NOAA-AVHRR à droite et à partir de la sixième bande des images Landsat TM à gauche). Spatial distribution of surface temperatures observed in July 29, 1987 (A), July 26, 2001 (B) and July 19, 2010 (C) at about 9 am GMT in the town of Sfax; surface temperature derived from channels 4 and 5 of NOAA-AVHRR images in the right and from the sixth band of Landsat TM images at left.

La résolution spatiale plus fine de la sixième bande de l’image Landsat (60 m) permet de distinguer des détails au niveau du champ thermique diurne à Sfax contrairement à l’imagerie NOAA-AVHRR de résolution kilométrique. A titre d’exemple, contrairement aux images NOAA-AVHRR, sur les scènes Landsat TM, la différence entre les températures du bâti dense le long des radiales et celles de l’habitat résidentiel dans les espaces inter-radiales est aisément décelable. Ce constat est plus visible sur l’image de 1987 puisque le tissu urbain dans l’espace interstitiel était beaucoup moins dense qu’aujourd’hui. Près des grandes routes, qui concentrent un tissu urbain dense et qui sont bordées par des immeubles, les températures de surface sont moins élevées par rapport aux villas clairsemées dans les zones inter-radiales (figure 6).

Les résultats de l’étude multi-dates de l’îlot de fraîcheur rappellent ceux obtenus pour l’ICU. La configuration de l’îlot de fraîcheur a évolué parallèlement à l’évolution de la tache urbaine. D’abord, sur l’image de 1987, les surfaces les plus fraîches (30°C) se concentrent près du centre-ville et des faubourgs comme Rbat (figure 6A). Ensuite, en 2001, elles s’étendent sur les quartiers populaires denses et au bord des routes principales jusqu’à 6 km de la Médina (figure 6B). Enfin, en 2010, avec la densification de l’espace inter-radiale dans un rayon de 6 km par rapport à la Médina, l’îlot de fraîcheur prend la forme d’un demi-cercle (figure 6B). En dehors de l’agglomération, au nord aussi bien qu’au sud, nous remarquons une hausse progressive de la température du littoral, envahi par la brise de mer à 10 h 30, vers l’intérieur.

Durant l’après-midi, un contraste thermique s’observe entre le littoral et la périphérie lointaine, pas encore envahie par la brise de mer. Une hausse thermique progressive s’observe en s’enfonçant dans le continent pour atteindre 42°C à environ 12 km du littoral. Toutefois, la température de surface déduite à partir de l’image NOAA-AVHRR, avec une résolution kilométrique, ne laisse pas voir les différences thermiques observées à des échelles plus fines tels que le quartier et la rue (figure 7).

thumbnail Figure 7

Répartition spatiale des températures de surface observées le 19 juillet 2010 à 13h TU dans l’agglomération de Sfax. (Températures de surfaces déduites à partir des canaux 4 et 5 d’une image NOAA-AVHRR). Spatial distribution of surface temperatures observed in July 19, 2010 at 13 h UT in the town of Sfax (surface temperature derived from channels 4 and 5 of NOAA-AVHRR image).

3. Evolution de la répartition spatiale des températures de l’air dans l’agglomération de Sfax (2002-2010)

3.1. L’apport des mesures itinérantes

Pour valider partiellement les résultats obtenus à partir du traitement de l’imagerie spatiale, des campagnes de mesures itinérantes des températures nocturnes de l’air (à 2 mètres du sol et à 5 m au minimum des habitations) ont été réalisées en juillet 2002 et juillet 2010. Les mesures sont effectuées seulement la nuit entre 1 h et 2 h parce que le vent est très faible, les déplacements sont faciles en raison de la fluidité du trafic et les contrastes thermiques ville/campagne apparaissent aisément à ce moment de la journée (Carrega, 1994).

Les mesures faites en 2002 et 2010 ont montré beaucoup de similarités. Elles ont donné un écart thermique de 4 à 7°C entre le centre-ville (avec comme point de référence une rue au centre de la Médina) et la campagne environnante (vaste surface agricole à plus de 12 km de la Médina). La quantité de chaleur stockée dans l’ensemble des rues et des bâtiments du centre-ville est supérieure à celle emmagasinée en campagne. Cette quantité d’énergie est restituée la nuit. Le point de référence, la Médina, enregistre les températures les plus élevées à cause de l’absence de la ventilation, de l’effet de paroi en raison de l’étroitesse des rues (de 2 m à 50 cm) et de la densité du bâti (100%). Les espaces les plus chauds (légèrement plus frais que la Médina : écart inférieur à 2°C) correspondent approximativement à la première couronne de l’ICU déduit à partir de l’image NOAA-AVHRR (cette couronne comporte le centre-ville, le quartier de « Rbat » et une partie des deux zones industrielles El Maou au sud et Poudrière au nord; figure 8A).

thumbnail Figure 8

Répartition spatiale des températures nocturnes de l’air à 2 m du sol (en °C) dans l’agglomération de Sfax d’après 4 séries de campagnes de mesures itinérantes réalisées par situations radiatives les 12/07/2002, 20/07/2002, 18/07/2010 et 19/07/2010 entre 0 h et 1 h (moyenne d’une minute par point, mesures effectuées simultanément par trois équipes ; fond : surfaces bâties de l’agglomération de Sfax d’après le traitement d’une image Ikonos de mai 2004). Spatial distribution of nocturnal air temperatures at 2 m above ground (in °C) in Greater Sfax obtained from 4 series of car survey record performed during the calm situations of the 12/07/2002, the 20/07/2002, the 18/07/2010 and the 19/07/2010 between 0h and 1h AM (measurements made simultaneously by three teams; the built surfaces in Greater Sfax are derived from Ikonos image processing recorded in May 2004).

La courbe « iso-écart » de 3°C par rapport à la Médina est assez proche de celle définie par la deuxième couronne de l’ICU obtenue par l’imagerie spatiale. Elle définit une forme semi-circulaire plus étirée vers le nord en raison de la densité du bâti, qui reste quasi continu jusqu’à 6 km du centre-ville le long des routes de Tunis et de Mahdia en 2010 (figure 8). La radiale la plus chaude est la route Sidi Mansour (écart maximal de -3°C). Ce fait s’explique par la densité du bâti et surtout par la proximité de la mer. Les mesures ont été prises à quelques mètres de la mer, plus chaude que le continent la nuit. La radiale la plus froide est la route de Gabès (au sud de l’agglomération). Les points de mesures étaient situés de 1,5 à 3 km de la mer. Les salines, qui longent la côte méridionale de l’agglomération (figure 1A), dont la largeur dépasse par endroit 1 km, modifient probablement le bilan énergétique en absorbant une faible quantité de chaleur le jour à cause d’un albédo élevé (surface blanche). La nuit, les températures demeurent moins élevées qu’au bord du rivage septentrional. Ainsi, près de la route de Gabès, dans un champ d’olivier, à 13 km du centre-ville, nous avons relevé un écart négatif de 7°C par rapport à la Médina (figure 8).

Contrairement aux estimations des températures de brillance à partir de l’imagerie NOAA-AVHRR, les mesures ponctuelles de la température de l’air dans la ville prennent bien évidemment en considération l’environnement immédiat du site de mesure. C’est le cas des fonds des oueds densément végétalisés (route de Gabès km 5, oued El Maou; figure 9A) et du jardin public « Touta » comprenant des surfaces gazonnées (figure 9B).

thumbnail Figure 9

Répartition spatiale des températures nocturnes de l’air à 2 m du sol (en °C) au sud de la Médina (A) et à proximité du centre-ville et du jardin public (B), d’après deux séries de campagnes de mesures itinérantes réalisées par situations radiatives le 18/07/2010 et le 19/07/2010 entre 0 h et 1 h (moyenne d’une minute par point, mesures effectuées simultanément par trois équipes ; fond : surfaces bâties de l’agglomération de Sfax d’après le traitement d’une image Ikonos de mai 2004). Spatial distribution of nocturnal air temperatures at 2 m above ground (in °C) near the downtown area (A) and near the park (B) derived from car survey performed by calm situations on 18/07/2010 and on 19/07/2010 between 0 h and 1 h AM (average of one minute per point, measurements made simultaneously by three teams; built surfaces in Sfax city derived from Ikonos image recorded in May 2004).

Une baisse de températures de 2 à 3°C est enregistrée dans ce jardin par rapport aux espaces périphériques (parkings, chaussées, immeubles). Les résultats obtenus dans ce travail rejoignent ceux acquis dans les travaux antérieurs réalisés les 12/04/03, 20/04/03, 09/08/04, 23/01/05 et 21/07/05 (Dahech, 2007).

L’étude diachronique de l’ICU montre quelques différences au niveau de la configuration du champ thermique nocturne observé en 2010 par rapport à celui mesuré en 2002. Ces changements qui consistaient à la hausse de la température de l’air dans certains sites de l’agglomération, sont causés par la densification du tissu urbain et l’anthropisation du milieu. En effet, la répartition spatiale des températures nocturnes de l’air, par situations radiatives, à l’échelle de l’agglomération, est fortement liée à la distribution du bâti. L’équation du bilan énergétique urbain1 permet de comprendre son rôle dans la quantité d’énergie disponible au sein du système climatique urbain (Bridier et Quénol, 2006). Le quartier central de Sfax El Jadida est devenu plus chaud (figure 8). Il a connu durant la dernière décennie la construction de plusieurs immeubles sur des terrains nus. En parallèle, certains points périphériques sont devenus plus chauds à cause de l’étalement urbain de l’agglomération notamment sur les radiales El Aîn, Lafrane, Gremda vers l’ouest, la route de Mahdia vers le nord et la route de Gabès vers le sud. Ce dernier constat est visible sur les cartes de la spatialisation des températures de l’air obtenues par la méthode d’interpolation, quoique cette dernière présente certaines défaillances. En effet, la mesure de la température est ponctuelle, chaque valeur dépend du milieu environnant et on ne peut appliquer cette méthode, sans reproches, que pour des surfaces homogènes (figure 10).

thumbnail Figure 10

Spatialisation des températures de l’air obtenues par les mesures itinérantes effectuées les 12/07/2002, 20/07/2002 (B), 18/07/2010 et 19/07/2010 (A) entre 0 h et 1 h par la méthode d’interpolation. Air temperature mapping obtained by car survey records performed on 12/07/2002, 20/07/2002 (B), 18/07/2010 and 19/07/2010 (A) between 0h and 1h AM by interpolation method.

De même, la densification du bâti dans l’espace inter-radiales a contribué à la hausse des températures dans ces espaces, avec à titre d’exemples, le nouveau quartier résidentiel Gremda El Jadida2 entre les routes de Gremda et Taniour et celui d’El Mansoura à Sidi Mansour3 (figure 10). Cependant, nous avons remarqué une baisse de la température au sixième point sur la route de Sidi Mansour en 2010. A ce point, la route n’est plus au bord de la mer comme c’était le cas en 2002 après la réalisation du polder du projet Taparura, qui s’étend sur une longueur de 5 km, à partir du centre-ville, et sur une largeur d’environ 800 m. Le jardin public « Touta » est aussi plus frais en juillet 2010, probablement parce que la végétation autour du point de mesure étaient plus arrosée et plus développée par rapport à la mesure faite en juillet 2002.

3.2. Des mesures à postes fixes pour valider la variation journalière de l’ICU

Certains résultats issus des campagnes de mesures itinérantes et des images satellitaires sont complétés et validés par des mesures continues réalisées sur de plus longues périodes par des stations météorologiques fixes. Un réseau de quatre stations météorologiques est installé du 25 juin au 8 août 2006 dans l’agglomération de Sfax (localisation sur la figure 1B). Durant cette période, les journées radiatives (38 jours sur 44 dont 26 en juillet) sont sélectionnées. Elles se caractérisent par la domination d’une situation de marais barométrique avec un vent très faible à nul la nuit et une légère brise de mer qui souffle au milieu de la journée. Les cycles quotidiens des températures moyennes enregistrées par les quatre stations sont comparés (figure 11).

thumbnail Figure 11

Cycle quotidien des températures moyennes enregistrées à un pas de temps de 5 mn par les quatre stations Davis durant les situations radiatives du mois de juillet 2006 (moyenne de 26 jours, localisation des stations sur la figure 1). Averaged daily cycle of air temperatures recorded with a time step of 5 minutes using four Davis stations during the calm situations of July 2006 (average of 26 days, location of stations in figure 1).

Les contrastes les plus élevés sont observés entre la première station (quartier proche du centre-ville) et la quatrième implantée en milieu rural. La nuit, la température est plus élevée au premier point de mesure avec un écart moyen de 4°C relevé entre 00 h et 5 h. Ce gradient s’explique par l’hétérogénéité des types de surface et des sources de chaleur. Le jour, les surfaces artificielles, dominant près du centre-ville (asphalte, mur….), accumulent des quantités importantes de chaleur parce que le volume des bâtiments est important. L’énergie emmagasinée est restituée tout au long de la nuit. En outre, la brise de terre est plus rapide en périphérie (2 m/s) alors que sa vitesse ne dépasse pas 0,5 m/s près du centre à cause de la rugosité du substrat (Dahech et Beltrando, 2007). Ensuite, le jour, nous distinguons deux périodes : celle qui devance l’arrivée de la brise de mer (de 8 h à 10 h) et puis celle qui la suit (de 10 h à 18 h). Avant l’arrivée de la brise de mer, nous enregistrons des températures légèrement moins élevées près du centre-ville car les surfaces imperméables demeurent plus humides durant les deux premières heures après le lever du soleil. De plus, même si la station est exposée au soleil durant toute la journée, certains espaces situés à ses alentours sont à l’ombre au début de la journée. L’arrivée de la brise de mer est marquée par une baisse moyenne de 1,7°C près de la côte (station 1). Les caractéristiques de la masse d’air, relativement fraîche, acheminée par la brise, se modifient au fur et à mesure qu’elle pénètre dans le continent, d’où un écart thermique positif entre la quatrième station, rurale, et la première, urbaine (figure 11).

4. Climatisation et consommation d’énergie électrique durant la saison chaude

Les résultats préliminaires de l’enquête ainsi que les statistiques officielles de l’Institut National de la Statistique (INS) montrent un équipement plus élevé en climatiseurs dans la partie centrale de la ville, soit la partie la plus dense et la plus chaude la nuit en été. En effet, d’après le recensement de la population en 2004, environ 10% des ménages dans la délégation Sfax Centre sont équipés au moins d’un climatiseur. Ce taux est plus faible dans les autres délégations (figure 12B), notamment celle de Thyna (2%) et de Saquiet Eddaïer (3,5%).

thumbnail Figure 12

Types de logements (A) et taux d'équipement des ménages en climatiseur dans les délégations du Grand Sfax. Source : Institut National de la Statistique (Recensement Général de la Population et de l’Habitat, 2004). Housing types (A) and rate of equipment with air-conditioner in the delegations of Greater Sfax. Source: National Institute of Statistics (General Census of Population and Housing, 2004).

Ces inégalités s’expliquent aussi, en partie, par la différence du niveau de vie : le niveau de richesse et d’équipement est relativement élevé au centre. D’après notre enquête, en 2010, la disparité entre zone centrale et périphérie n’a pas changé sauf que l’équipement en climatiseurs a fortement augmenté, notamment dans la partie centrale où le taux a atteint environ 45%. Cette hausse s’explique partiellement par la baisse des prix des climatiseurs et la hausse du niveau de vie d’une part, et par l’augmentation de l’occurrence des journées caniculaires d’autre part (Dahech et Bouaziz, 2010). L’enquête montre aussi que les villas et les appartements sont plus équipés en climatiseurs que les autres types de logements. Or, l’appartement est le type de logement dominant dans la délégation Sfax Centre (40%, d’après INS, 2004; figure 12A); 86% des enquêtés habitant des appartements situés dans un rayon de 4 km du centre-ville pensent que cet équipement est vital en été. Cependant, seulement 4% des habitants des ménages de la campagne environnante possèdent des climatiseurs, à cause du coût de ceux-ci, mais aussi parce que les habitants comptent sur la ventilation naturelle d’autant plus que la vitesse de la brise littorale est plus rapide dans l’arrière-pays par rapport au centre-ville. En effet, d’après le réseau des stations météorologiques fixes précédemment décrit, à la quatrième station (en campagne), la brise de mer souffle avec une vitesse avoisinant 5 m/s et une vitesse instantanée maximale dépassant 7 m/s (figures 13 et 14).

thumbnail Figure 13

Variations horaires de la vitesse et la direction du vent moyen enregistré par quatre stations météorologiques fixes (Davis) et enregistrements tri-horaires à l’aérodrome (données INM) durant la situation radiative estivale du 27 juillet 2006 (Dahech, 2007). Changes in hourly wind speed and direction recorded by four weather stations (Davis) and three-hourly records at the airport (MNI data) during the calm situation of the 27 July 2006 (Dahech, 2007).

thumbnail Figure 14

Cycles quotidiens moyens des vitesses du vent moyen (A) et maximal (B) enregistrés par trois stations météorologiques fixes (Davis) durant les situations radiatives de juillet 2006 (moyenne de 26 jours ; localisation des 3 stations sur la figure 1). Averaged daily cycle of wind speeds - mean (A) and maximum (B) - recorded by three weather stations (Davis) during the calm situations of July 2006 (average of 26 days; location of the 3 stations on Figure 1).

En revanche, dans les deux stations urbaines, la brise marine est moins rapide (3 m/s). La brise de terre commence à souffler à partir de 23 h, en été, des secteurs N au NO. Sa vitesse moyenne est plus élevée dans les milieux dégagés, comprise entre 1 et 2 m/s à la station 4 ainsi que dans l’aérodrome. La force de la brise nocturne baisse dans l’agglomération : elle ne dépasse que rarement et pour de courtes durées 1 m/s à la première et à la deuxième station (figures 13 et 14). Dans la partie centrale, d’après l’enquête, les habitants évitent la ventilation naturelle pour les arguments suivants : elle est insuffisante en premier lieu, le quartier est bruyant en deuxième lieu et enfin, l’air ambiant est chargé de pollution.

Les résultats préliminaires de l’enquête montrent qu’au centre-ville, les appartements avec des parois vitrées sont plus équipés en climatiseurs et consomment en été deux fois plus d’énergie électrique que les bâtiments avec des parois opaques (classiques). Les bâtiments vitrés, s’ils sont particulièrement esthétiques, sont difficiles à rafraîchir en été, d’où une consommation d’énergie relativement élevée. En effet, les vitrages, en raison de la transparence des verres, sont une source d’apports énergétiques par effet de serre. Un écart positif de la température intérieure d’environ 5°C est enregistré en moyenne entre les bureaux avec des parois vitrés et ceux ayant des parois opaques quand ils sont orientés vers la même direction (d’après des mesures réalisées durant 5 jours non ouvrables en juillet 2008 dans des pièces de bureaux d’une superficie comparable de 10 m2 (Dahech, 2009).

Suivant les réponses au questionnaire (cf. annexe), le nombre de climatiseurs par ménage ainsi que la consommation d’énergie électrique en été augmentent considérablement dans les appartements situés au dernier étage et notamment ceux exposés au sud et au sud-ouest. Dans ces derniers, la climatisation électrique est permanente en été. Par conséquent, les habitants de ce dernier étage consomment deux à trois fois plus d’énergie électrique en été par rapport à leurs consommations moyennes durant les autres saisons. Dans les appartements exposés à l’est, situés en dehors du centre-ville, les habitants comptent plus sur la ventilation naturelle puisque les façades profitent de la brise littorale. Pour 65% de ces appartements, l’utilisation de la climatisation électrique est occasionnelle, et se limite aux jours caniculaires (situation de sirocco, plus présente en été quand sa fréquence avoisine trois jours par mois; Dahech et al., 2007). Ainsi, la consommation estivale d’énergie électrique ne dépasse la consommation moyenne des autres saisons que de 40% approximativement.

A priori, l’utilisation des climatiseurs est plus élevée durant la journée au centre-ville, puisque la plupart des appartements sont occupés par des services (cabinet médical, assurance, banque, service financier et comptable…) qui ferment le soir. Cependant, dans les autres quartiers denses de l’agglomération, les climatiseurs sont plus utilisés l’après-midi et la nuit.

Conclusion

A Sfax, comme cela a déjà été montré dans de nombreuses villes de taille équivalente, l’impact de l’urbanisation sur l’extension et l’intensité de l’îlot de chaleur est particulièrement perceptible en situation météorologique anticyclonique (vent faible, ciel clair ou peu nuageux). Durant la journée, lorsque le temps est calme dans cette ville aménagée sur une plaine côtière, la pénétration de la brise de mer limite la montée des températures de l’air. La nuit, la brise de terre est beaucoup moins active et les températures sont relativement élevées par rapport aux espaces ruraux. La forme de l’îlot de chaleur urbain de la ville a changé entre 1987 et 2010 : la partie la plus chaude s’est étendue davantage vers l’ouest. En fait, le centre-ville a connu plusieurs modifications favorables au réchauffement telles que l’augmentation de la superficie et du volume des surfaces bâties et l’intensification de l’activité humaine comme la circulation routière et l’activité industrielle. Il en est de même pour le tissu urbain continu qui entoure le centre, formant la deuxième couronne de l’îlot de chaleur urbain. En 2010, le rayon de cette couronne s’est étendu jusqu’à 5 km (4 en 2001 et seulement 2 km en 1987). Suite à la fragmentation des parcelles et la transformation de quelques grandes villas en immeubles, l’espace bâti est devenu plus continu vers l’ouest.

Au début de la journée, nous constatons un îlot de fraîcheur au centre-ville et dans les parties densément bâties. Il prend une forme semi-radioconcentrique conformément à la répartition du bâti dans l’agglomération. En fait, les zones relativement denses gardent un taux d’humidité relativement élevé à cause du phénomène de rosée observé en fin de nuit et parce qu’elles sont ombragées par endroit et moins ventilées que la campagne environnante.

Comme l’extension de l’agglomération semble inéluctable (exemple du projet Taparura, pour l’aménagement du littoral Nord de la ville), de tels résultats devraient inciter les urbanistes et les aménageurs à organiser le plan des rues de manière à faciliter la ventilation afin de développer des microclimats plus confortables pour les habitants, notamment en saison estivale. Les gros volumes bâtis qui accumulent de grandes quantités d’énergie solaire et qui font barrage aux écoulements de la brise devraient aussi être évités, en particulier dans les quartiers densément bâtis. De même, dans les aménagements futurs, il serait souhaitable de réserver des surfaces beaucoup plus importantes aux espaces verts, à condition de disposer de suffisamment d’eau pour les arroser.

Les résultats préliminaires de l’enquête visant à évaluer la consommation de l’énergie électrique et l’utilisation des climatiseurs en été, ont montré que les quartiers les plus chauds, situés au centre-ville, sont plus équipés en climatiseurs. De même, la consommation de l’énergie électrique dans toute l’agglomération en été est supérieure à la moyenne des autres saisons. Les appartements situés en dernier étage, et particulièrement ceux exposés au sud, sont les plus gourmands en énergie électrique.

Remerciements

Remerciements : J’adresse mes vifs remerciements au professeur Gérard Beltrando de l’Université Paris Diderot et au laboratoire PRODIG qui m’ont prêté les stations météorologiques fixes.

Annexe: Questionnaire de l’enquête

  • Type de foyer : appartement □ Quartier résidentiel □ Quartier populaire □

  • Distance au centre-ville (km)

  • Dernier étage : Oui □ Non □

  • Nombre de pièces

  • Nombre de climatiseurs et puissance

  • Lors de l’achat, vous regardez en premier lieu : le prix □ la marque □ la classe énergétique □

  • Un besoin vital en été ? Oui □ Non □

  • Utilisation saisonnière ? Eté □ Hiver □

  • Durant l’été l’utilisation est : Permanente □ Occasionnelle □

  • Utilisation durant la journée : Matin □ Midi □ Soir □ Nuit □

  • Nombre de jours passés en dehors du foyer en été ?

  • Consommation de l’électricité en été par rapport à la moyenne des autres saisons : plus ou moins et combien de fois ?

  • Pourquoi pas la ventilation naturelle : Bruit □ Insuffisante □ Pollution de l’air □

  • Pour les immeubles : façades vitrées ? Oui □ Non □

  • Exposition ? Guebli (E-SE) □ Chergui (NE-E) □ Dahraoui (O-NO) □ Gharbi (SO-O) □


1

Q* + QF = QH + QE + ΔQS + ΔQA (Goyette-Pernot et Compagnon, 2003). Avec Q* = Bilan net d’énergie, QF = Flux de chaleur anthropique, ΔQA = Flux de chaleur advectée, QE = Flux de chaleur latente de vaporisation, ΔQS = Flux de chaleur sensible, QH = Flux de chaleur stockée. Ces deux derniers flux de chaleur sont fonction des surfaces bâties horizontales et verticales.

2

Un Pôle urbain géré par l’Agence Foncière d’Habitation qui comprend 1 750 logements et qui s’étend sur 140 ha.

3

Un Pôle urbain géré par l’Agence Foncière d’Habitation qui comprend 2 500 logements et qui s’étend sur 350 ha. Les travaux des deux projets sont en cours, le premier a commencé en 2004 et le deuxième en 1999.

Références

  • Barsi J. A., Schott J. R., Palluconi F. D., Helder S. J., Hook B. L., Markham G., Chander G., O’Donnell E. M., 2003 : Landsat TM and ETM+ Thermal Band Calibration. Canadian Journal of Remote Sensing, 28 (2), 141–153. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Bennasr A., 2005 : L’étalement urbain de Sfax. Revue Tunisienne de Géographie, 36, 49–88. [Google Scholar]
  • Bornstein R. D., 1968 : Observations of the urban heat island effect in New York City. Journal of Applied Meteorology, 7, 575–582. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Bridier S., Quénol H., 2006 : Climat et mesures de la pollution en ville, une forte variabilité spatio-temporelle. In : Ville et environnement. Sedes Armand Colin, 315–344. [Google Scholar]
  • Buechley R. W., Truppi L. E., Van Brugg J., 1972 : Heat island = death island? Environmental Research, 5 (1), 85–92. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Cantat O., 1986 : Influence de l’urbanisation sur le climat de l’agglomération parisienne. Physio-Géo, 16, 25–40. [Google Scholar]
  • Cantat O., 2004 : L’îlot de chaleur urbain parisien selon les types de temps. Norois, 191 (2), 75–105. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Carrega P., 1994 : Topoclimatologie et habitat. Revue d’Analyse Spatiale Quantitative et Appliquée, 35 et 36, 408 pages. [Google Scholar]
  • Chandler T., 1965 : The climate of London, Hutchinson & Co, 292 p. [Google Scholar]
  • Dahech S., Beltrando G., Bigot S., 2005 : Utilisation des données NOAA-AVHRR dans l’étude de la brise thermique et de l’Ilot de chaleur à Sfax (sud-est tunisien). Cybergéo, 317, 19 p. [Google Scholar]
  • Dahech S., 2007 : Le vent à Sfax (Tunisie), impacts sur le climat et la pollution atmosphérique. Thèse de doctorat de l’Université Paris VII, 309 p + annexes. . [Google Scholar]
  • Dahech S., Beltrando G., 2007 : Les brises nocturnes à Sfax durant la saison estivale : répartition spatio-temporelle et impact sur la pollution de l’air. XXème Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Tunis 3-8 septembre 2007, 193-199. [Google Scholar]
  • Dahech S., Beltrando G., Henia L., 2007 : Le sirocco et son impact sur l’agriculture et la qualité de l’air dans la région de Sfax (Tunisie). Sécheresse, 18 (3), 177–184. [Google Scholar]
  • Dahech S., 2009 : Aggravation du réchauffement en milieu urbain à Sfax (Tunisie). Fifh Urban Research Symposium 2009, Marseille, 27 juin - 1er juillet, 20 pages : www.urs2009.net/docs/papers/Dahech.pdf. [Google Scholar]
  • Dahech S., Bouaziz R.,, 2010 : Extension de la saison chaude et situations d’inconfort thermique extrêmes en fin de l’été et au début de l’automne en Tunisie. XXIIIème Colloque de l’Association Internationale de Climatologie, Rennes, 4-9 septembre 2010, 149-154. [Google Scholar]
  • Deschamps P. Y., Phulpin T., 1978 : Elimination de l’effet de l’atmosphère et optimisation des bandes spectrales d’un radiomètre infrarouge à un ou deux canaux pour la mesure de la température de la surface des sols. European Space Agency-SP- 134 Toulouse, 347–353. [Google Scholar]
  • Dettwiller J., 1970 : Evolution séculaire du climat de Paris. Influence de l’urbanisation. Mémorial Météorologie Nationale, no52, 83 p. [Google Scholar]
  • Gallo K. P., Mac Naba L., Karl T. R., Brown J. F., Tarpley J. D., 1993 : The use of NOAA-AVHRR data for assessment of the urban heat island effect. J. Applied Meteorology, 32, 899–908. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Goyette-Pernot J., Compagnon R., 2000 : Climat urbain et énergie. In Actes du séminaire, Énergie et Environnement. CUEPE, Université de Genève. [Google Scholar]
  • Hamdi, R., Schayes G., 2008 : Sensitivity study of the urban heat island intensity to urban characteristics. International Journal of Climatology, 28, 973–982. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Kallel F., 1993 : Le projet Sfax-el-Jadida. Mémoire de CAR. Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis, 167p. [Google Scholar]
  • Oke T. R., 1973 : City size and heat urban island. Atmospheric Environment, 7, 769–779. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Oke T. R., Spronken-Smith R. A., Jauregui E., Grimmond C. S. B., 1999 : The energy balance of central Mexico City during the dry season. Atmospheric Environment, 33, 3919–3930. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Oke T. R., 1987 : Boundary Layer Climate. Deuxième édition, Methuen, London and New York, 435 pages. [Google Scholar]
  • Rosenfeld A. H., Akbari H., Romm J. J., Pomerantz M., 1998 : Cool communities strategies for heat island mitigation and smog reduction. Energy and Buildings, 28, 51–62. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Weng Q., Lu D., Schubring J., 2004 : Estimation of land surface temperature-vegetation abundance relationship for urban heat island studies. Remote Sensing of Environment, 89, 467–483. [CrossRef] [Google Scholar]

Liste des tableaux

Tableau 1

Tableau récapitulatif des images satellitaires et des mesures météorologiques fixes et itinérantes utilisées dans ce travail. Summary table of satellite images and fixed and itinerant meteorological measures used in this work.

Liste des figures

thumbnail Figure 1

Cartographie synthétique de l’occupation du sol dans l’agglomération de Sfax (A) et localisation du milieu environnant des stations météorologiques (B) ; source de A : image Landsat TM prise le 19 juillet 2010 ; source du fond de B : image Ikonos prise en mai 2004. Land cover map of Sfax town (A) and location of weather stations (B); source for A: Landsat TM - July 19, 2010; source for background B: Ikonos image - May 2004).

Dans le texte
thumbnail Figure 2

Plan d’échantillonnage de l’enquête sur l’utilisation des climatiseurs et la variation de la consommation de l’énergie électrique en fonction du type de logement et de l’éloignement au centre-ville. Sample design diagram of the use of air conditioners and the variation of electricity consumption according to type of housing and distance from the downtown area.

Dans le texte
thumbnail Figure 3

Diagramme ombrothermique de Sfax (période 1970-2002, données INM). Diagram showing average monthly thermal and rainfall in Sfax (period 1970-2002, INM data).

Dans le texte
thumbnail Figure 4

Les surfaces bâties à Sfax en juillet 1987, 2001 et 2010 (source : classifications supervisées de trois images Landsat TM, projection UTM WGS84). The built areas in Sfax in July 1987, 2001 and 2010 (source: supervised classifications of three Landsat Tm, projection: UTM WGS84).

Dans le texte
thumbnail Figure 5

Répartition spatiale des surfaces bâties et des températures de surface dans l’agglomération de Sfax observées le 29 juillet 1987 (A), le 27 juillet 2001 (B) et le 19 juillet 2010 (C) ; températures de surfaces déduites à partir d’images NOAA-AVHRR prises vers 01 h TU et surfaces bâties obtenues à partir d’images Landsat TM. Spatial distribution of built areas and surface temperatures in Greater Sfax observed in July 29, 1987 (A), July 27, 2001 (B) and July 19, 2010 (C); surface temperature derived from NOAA-AVHRR images taken around 01 am and surfaces built obtained from Landsat TM.

Dans le texte
thumbnail Figure 6

Répartition spatiale des températures de surface observées le 29 juillet 1987 (A), le 26 juillet 2001 (B) et le 19 juillet 2010 (C) à environ 9 h TU dans l’agglomération de Sfax (températures de surfaces déduites à partir des canaux 4 et 5 des images NOAA-AVHRR à droite et à partir de la sixième bande des images Landsat TM à gauche). Spatial distribution of surface temperatures observed in July 29, 1987 (A), July 26, 2001 (B) and July 19, 2010 (C) at about 9 am GMT in the town of Sfax; surface temperature derived from channels 4 and 5 of NOAA-AVHRR images in the right and from the sixth band of Landsat TM images at left.

Dans le texte
thumbnail Figure 7

Répartition spatiale des températures de surface observées le 19 juillet 2010 à 13h TU dans l’agglomération de Sfax. (Températures de surfaces déduites à partir des canaux 4 et 5 d’une image NOAA-AVHRR). Spatial distribution of surface temperatures observed in July 19, 2010 at 13 h UT in the town of Sfax (surface temperature derived from channels 4 and 5 of NOAA-AVHRR image).

Dans le texte
thumbnail Figure 8

Répartition spatiale des températures nocturnes de l’air à 2 m du sol (en °C) dans l’agglomération de Sfax d’après 4 séries de campagnes de mesures itinérantes réalisées par situations radiatives les 12/07/2002, 20/07/2002, 18/07/2010 et 19/07/2010 entre 0 h et 1 h (moyenne d’une minute par point, mesures effectuées simultanément par trois équipes ; fond : surfaces bâties de l’agglomération de Sfax d’après le traitement d’une image Ikonos de mai 2004). Spatial distribution of nocturnal air temperatures at 2 m above ground (in °C) in Greater Sfax obtained from 4 series of car survey record performed during the calm situations of the 12/07/2002, the 20/07/2002, the 18/07/2010 and the 19/07/2010 between 0h and 1h AM (measurements made simultaneously by three teams; the built surfaces in Greater Sfax are derived from Ikonos image processing recorded in May 2004).

Dans le texte
thumbnail Figure 9

Répartition spatiale des températures nocturnes de l’air à 2 m du sol (en °C) au sud de la Médina (A) et à proximité du centre-ville et du jardin public (B), d’après deux séries de campagnes de mesures itinérantes réalisées par situations radiatives le 18/07/2010 et le 19/07/2010 entre 0 h et 1 h (moyenne d’une minute par point, mesures effectuées simultanément par trois équipes ; fond : surfaces bâties de l’agglomération de Sfax d’après le traitement d’une image Ikonos de mai 2004). Spatial distribution of nocturnal air temperatures at 2 m above ground (in °C) near the downtown area (A) and near the park (B) derived from car survey performed by calm situations on 18/07/2010 and on 19/07/2010 between 0 h and 1 h AM (average of one minute per point, measurements made simultaneously by three teams; built surfaces in Sfax city derived from Ikonos image recorded in May 2004).

Dans le texte
thumbnail Figure 10

Spatialisation des températures de l’air obtenues par les mesures itinérantes effectuées les 12/07/2002, 20/07/2002 (B), 18/07/2010 et 19/07/2010 (A) entre 0 h et 1 h par la méthode d’interpolation. Air temperature mapping obtained by car survey records performed on 12/07/2002, 20/07/2002 (B), 18/07/2010 and 19/07/2010 (A) between 0h and 1h AM by interpolation method.

Dans le texte
thumbnail Figure 11

Cycle quotidien des températures moyennes enregistrées à un pas de temps de 5 mn par les quatre stations Davis durant les situations radiatives du mois de juillet 2006 (moyenne de 26 jours, localisation des stations sur la figure 1). Averaged daily cycle of air temperatures recorded with a time step of 5 minutes using four Davis stations during the calm situations of July 2006 (average of 26 days, location of stations in figure 1).

Dans le texte
thumbnail Figure 12

Types de logements (A) et taux d'équipement des ménages en climatiseur dans les délégations du Grand Sfax. Source : Institut National de la Statistique (Recensement Général de la Population et de l’Habitat, 2004). Housing types (A) and rate of equipment with air-conditioner in the delegations of Greater Sfax. Source: National Institute of Statistics (General Census of Population and Housing, 2004).

Dans le texte
thumbnail Figure 13

Variations horaires de la vitesse et la direction du vent moyen enregistré par quatre stations météorologiques fixes (Davis) et enregistrements tri-horaires à l’aérodrome (données INM) durant la situation radiative estivale du 27 juillet 2006 (Dahech, 2007). Changes in hourly wind speed and direction recorded by four weather stations (Davis) and three-hourly records at the airport (MNI data) during the calm situation of the 27 July 2006 (Dahech, 2007).

Dans le texte
thumbnail Figure 14

Cycles quotidiens moyens des vitesses du vent moyen (A) et maximal (B) enregistrés par trois stations météorologiques fixes (Davis) durant les situations radiatives de juillet 2006 (moyenne de 26 jours ; localisation des 3 stations sur la figure 1). Averaged daily cycle of wind speeds - mean (A) and maximum (B) - recorded by three weather stations (Davis) during the calm situations of July 2006 (average of 26 days; location of the 3 stations on Figure 1).

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.