Open Access
Issue
Climatologie
Volume 8, 2011
Page(s) 27 - 40
DOI https://doi.org/10.4267/climatologie.259
Published online 09 October 2015

© Association internationale de climatologie 2011

Licence Creative Commons
This is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, except for commercial purposes, provided the original work is properly cited.

Introduction

Dans l’histoire humaine, le besoin de comprendre les changements climatiques n’a jamais été aussi urgent et important qu’au 21ème siècle, surtout en zone tropicale où la déforestation et l’extinction des espèces sont relativement plus importantes et les conditions de vie, plus précaires (Bush et Flenley, 2007). Ces phénomènes sont encore plus accentués en Afrique où la déforestation est très importante. L’importance de la variabilité temporelle en Afrique tient au fait que les paramètres climatiques, censés varier dans le temps du fait du cycle saisonnier global de la planète, présentent également différentes évolutions selon les régions. Comprendre et prédire ces variations annuelles, décennales ou multi-décennales dans un passé récent est devenu un défi pour les spécialistes africains du climat (AMMA ISSC, 2005; Janicot et al., 2008). Le développement des méthodes de prédiction des variations climatiques sur le long terme a connu un développement prodigieux (Folland et al., 1991; Stockdale et al., 1998; Washington et Downing, 1999). Mais cela n’a pas permis de cerner les causes fondamentales de la baisse drastique de la pluviométrie en Afrique, surtout en zone sahélienne (Rowell et al., 1995; Xue et Shukla, 1998). Ce changement pluviométrique a entrainé naturellement des changements dans la variabilité des autres paramètres climatiques comme la température, l’humidité relative et la tension de vapeur. Les changements climatiques continuent d’affecter non seulement les écosystèmes forestiers, à travers une fréquence accrue des feux de végétation, mais aussi les écosystèmes aquatiques à travers des inondations plus fréquentes et les activités agricoles des populations africaines (IPCC, 2007). De même, les changements climatiques ont pour effet une fréquence accrue de nouvelles maladies infectieuses. Dans les régions sahéliennes de l’Afrique par exemple, les conditions de plus en plus sèches et chaudes ont finalement conduit à la réduction de la saison des pluies, avec un effet négatif direct sur le rendement des cultures et la fréquence des périodes de famine (IPCC, 2007).

Ces changements climatiques sont perçus et compris de façons diverses par les populations africaines selon leurs caractéristiques socioculturelles. Les différences de perception des changements climatiques ont induit une variabilité dans les formes d’adaptation pour minimiser les effets de ces changements climatiques. En effet, l’adaptation des populations rurales est un aspect critique en ce qui concerne les pays en développement où la vulnérabilité est élevée à cause des faibles moyens des communautés locales. L’adaptation est une sorte d’ajustement écologique, social ou économique en réponse à des changements climatiques observés ou à venir pour atténuer leurs impacts (IPCC, 2001; Adger et al., 2005). Ces adaptations sont notées au niveau individuel comme au niveau des communautés et sont motivées par une multitude de facteurs comme les échanges commerciaux (Smit et al., 2000), les réseaux sociaux (Adger, 2005) ou par des actions individuelles surtout au niveau des pratiques agricoles, en ce qui concerne les populations rurales. De ce fait, l’adaptation pourrait aider les populations à garantir leur alimentation, leur revenu et sécuriser leur bien-être dans le contexte actuel des changements climatiques et des conditions socio-économiques se traduisant par les variations du climat, les sécheresses ou les inondations (Kandlinkar et Risbey, 2000).

Face à ces changements climatiques, leurs effets sur les écosystèmes et les adaptations des populations, il devient nécessaire et urgent en Afrique de mieux comprendre et caractériser ces variations climatiques et surtout, d’analyser les perceptions locales à ce sujet. La caractérisation des adaptations des populations locales dans un contexte de changements climatiques permettra de mieux analyser, comprendre et vulgariser les meilleures adaptations, tenant compte des spécificités climatiques régionales. La présente étude est préliminaire et a pour objectif principal de caractériser la variabilité de paramètres climatiques à l’aide de séries chronologiques et d’analyser la perception locale et les adaptations au Bénin. Les deux principales hypothèses testées dans cette étude sont 1) la tendance évolutive des paramètres climatiques de 1960 à 2000 en fonction des zones climatiques du Bénin, 2) les perceptions locales et les adaptations aux changements climatiques selon les groupes socioculturels.

1. Matériel et méthodes

1.1. Collecte des données climatiques et socioculturelles

Les données climatiques relatives à la hauteur de pluie, la température moyenne, l’humidité relative, l’insolation et le nombre annuel de jours de pluie supérieure à 0,85 mm (Sivakumar, 1988) ont été analysées de 1960 à 2008 pour 34 stations géographiquement réparties dans tout le Bénin (figure 1), données fournies par l’ASCENA (Agence pour la Sécurité de la Navigation Aérienne).

thumbnail Figure 1

Matérialisation des trois principales zones climatiques au Bénin. Location of the three climatic zones of Benin.

En ce qui concerne les données socioculturelles, un échantillonnage aléatoire de 55 chefs de ménages a été effectué en avril 2009 dans chacun des 19 villages aléatoirement retenus dans les trois zones climatiques du Bénin. Au total, 1045 chefs de ménage ont été considérés et soumis à un questionnaire individuel. Des entretiens semi-structurés ont aussi été effectués dans chacun des villages pour mieux cerner les informations fournies lors des entretiens individuels. Les données collectées concernaient les catégories socioculturelles (ethnie, âge et sexe), leur perception par rapport à l’intensité des évènements climatiques dans les années 1960 et après 2000, sur une échelle de valeurs de 1 (très faible intensité) à 5 (très forte intensité), les autres valeurs d’échelle étant faible intensité (2), moyenne intensité (3) et forte intensité (4). Ces évènements sont liés aux vents, inondations, apparition de nouvelles maladies, température ambiante, durée des saisons sèches, etc. Par ailleurs, d’autres données ont été aussi collectées telles que les différentes adaptations tenant compte des changements climatiques passés.

1.2. Caractérisation de la tendance des paramètres climatiques au Bénin

Les 34 stations climatiques étudiées sont réparties dans les trois zones climatiques que sont la zone Soudanienne (9°45’-12°25’N, notée zone 1), la zone Soudano-Guinéenne (7°30’-9°45’N, notée zone 2) et la zone Guinéenne (6°25’-7°30’N, notée zone 3). La pluviométrie moyenne de la zone Soudanienne est inférieure à 1000 mm et l’humidité relative moyenne de 1960 à 2000 est de 54,9%; la température moyenne est de 27,5°C. En zone soudanienne, les sols sont hydromorphes, bien drainés; ce sont pour la plupart des lithosols; la végétation est principalement composée de savanes avec de petits arbres. La zone soudano-guinéenne présente une pluviométrie unimodale, de mai à octobre, avec 113 jours de pluie et une pluviométrie moyenne annuelle (1960-2000) de 900 à 1100 mm. La température annuelle varie entre 21,2°C (moyenne des minima) et 32,5°C (moyenne des maxima), l’humidité relative étant comprise entre 45,5% (moyenne des minima) et 87,1% (moyenne des maxima). Les sols sont ferrugineux et de fertilité variable; la végétation est caractérisée par une mosaïque de forêt claire, de forêt dense et de savane arbustive à arborée avec des galeries forestières. La zone guinéenne est caractérisée par une pluviométrie bimodale avec une moyenne annuelle de 1200 mm; la température moyenne varie entre 25 et 29°C et l’humidité relative entre 69 et 97%. Les sols sont soit ferralitiques et profonds, soit riches en vertisols, humus et minéraux.

La modélisation de la tendance évolutive entre 1960 et 2008 de chacun de ces paramètres climatiques par zone climatique a été faite avec le logiciel Minitab 1.4., en utilisant l’analyse des séries chronologiques, plus précisément l’analyse des tendances (Bowerman et O’Connell, 1993). L’ajustement linéaire ou quadratique des tendances observées est aussi effectué en tenant compte de certains paramètres de précision comme l’erreur moyenne absolue en pourcentage (MAPE), la déviation moyenne absolue (MAD) et la déviation moyenne quadratique (MSD) des séries estimées par rapport aux valeurs réelles observées. Une faible valeur de ces paramètres climatiques indique un bon ajustement de la série chronologique.

Tableau 1

Effectifs associés aux 20 principaux groupes socioculturels étudiés (N = 1045). The 20 socio-cultural groups analysed (N = 1045).

1.3. Analyse des perceptions locales et adaptations face aux changements climatiques

Au Bénin et plus généralement en Afrique, les perceptions locales des phénomènes et les pratiques sont très influencées par les us et coutumes, eux-mêmes dépendant des groupes socioculturels. De ce fait, les sujets enquêtés ont été regroupés suivant les huit principaux groupes socioculturels, à savoir les Fon et les Yoruba, majoritairement représentés en zones guinéenne et soudano-guinéenne, ainsi que les Fôôdo, les Dendi, les Bariba, les Pila-Pila, les Otamari et les Bôo (en zone soudanienne); dans chaque groupe, les sujets ont été regroupés suivant deux catégories d’âge (adulte = 50 à 70 ans; vieux ≥ 70 ans) et de sexe (Assogbadjo et al., 2008). Ainsi, au total, 20 catégories socioculturelles (au lieu des 48 potentielles) et prenant en compte la combinaison entre principaux groupes socioculturels, l’âge et le sexe ont été considérées (tableau 1).

Cette situation résulte de l’absence dans l’échantillon étudié de certains enquêtés répondant à des combinaisons de modalités d’âge, de sexe et de groupes culturels. Pour chaque personne enquêtée, l’indice de perception de chaque évènement climatique a été déterminé par la différence de scores d’intensité après l’an 2000 et avant 1960. Pour chacune des 20 catégories, un indice moyen de perception est calculé pour chaque évènement à partir de la valeur moyenne des indices de perception de cet évènement par les individus composant le groupe considéré. Une matrice d’indices de perception des évènements climatiques est établie, les lignes de cette matrice représentant les 20 catégories socioculturelles et les colonnes, les évènements climatiques. Cette matrice a été soumise à une Analyse en Composantes Principales (ACP) afin de décrire les relations existant entre les perceptions liées aux changements d’intensité de différents évènements climatiques. La projection des catégories socioculturelles dans le système d’axes définis par les évènements climatiques a permis d’analyser les perceptions selon les catégories socio-culturelles. L’analyse statistique a été faite dans le logiciel Minitab (Minitab, 1996).

La même démarche analytique liée à l’établissement des groupes socioculturels a été effectuée pour l’adaptation des populations par rapport aux changements climatiques. Pour chaque groupe, le nombre de personnes ayant opté pour chacune des adaptations recencées lors d’une précédente enquête exploratoire a été calculé. Ces adaptations sont essentiellement l’utilisation d’engrais minéraux, du semis précoce, de la combinaison des deux méthodes ou d’une non-adaptation liée au fait que les changements climatiques apparaissent comme le domaine de la fatalité. Le tableau de contingeance obtenu a été soumis à l’analyse factorielle des correspondances simples.

2. Résultats

2.1. Tendance évolutive des paramètres climatiques au Bénin

Le nombre moyen de jours de pluie par an

La figure 2 présente l’évolution du nombre moyen de jours de pluie entre 1960 et 2008 pour les zones Guinéenne (zone 3), Soudano-Guinéenne (zone 2) et Soudanienne (zone 1). On note que le nombre moyen de jours de pluie présente une tendance régressive dans les trois zones climatiques, la chute étant plus prononcée en zone guinéenne (de 128 jours de pluie/an en 1960 à 80 jours de pluie en 2008).

thumbnail Figure 2

Courbes de tendance de l’évolution du nombre annuel de jours de pluie des trois zones climatiques du Bénin entre 1960 et 2008. Trend curves of rainy days per year for the three climatic zones on 1960-2008 period. Légende : MAPE : erreur moyenne absolue en pourcentage; MAD : déviation moyenne absolue; MSD : déviation moyenne quadratique. Zone 1 : zone soudanienne; zone 2 : zone Soudano-Guinéenne; zone 3 : zone Guinéenne. Legend: MAPE: absolute mean error in percentage; MAD: absolute mean deviation; MSD: quadratic mean deviation. Zone 1: Sudanian zone; zone 2: Sudano-Guinean zone; zone 3: Guinean zone.

La pluviométrie

La tendance évolutive de la hauteur moyenne de pluie entre 1960 et 2008 pour les différentes zones climatiques indique, de façon générale, une décroissance, la chute étant nettement plus prononcée en zone soudanienne (de 1220 mm de pluie en 1962 à 1100 mm en 2008) avec un taux de régression moyen de 5,5 mm/an selon un ajustement linéaire (figure 3). Toutefois, on note une légère reprise à partir de 1990 dans la zone soudanienne. En zones guinéenne et soudano-guinéenne, les tendances sont moins linéaires et ne présentent pas des allures définies aux regards des paramètres de précision MAPE, MAD et MSD qui sont tous relativement plus élevés.

thumbnail Figure 3

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de la hauteur annuelle moyenne de précipitations. Same as figure 2 for the averaged annual rainfall.

La température moyenne

Les variations temporelles indiquent globalement une tendance évolutive contraire à celle de la pluviométrie et du nombre moyen annuel de jours de pluie, soit une variation temporelle linéaire de la température moyenne annuelle, avec un taux de croissance relativement plus importante en zone soudano-guinéenne de 0,03°C par an (figure 4). De 1960 en 2008, une augmentation de plus de 1°C est notée pour les trois zones climatiques.

thumbnail Figure 4

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de la température moyenne annuelle. Same as figure 2 for the averaged annual temperature.

L’humidité relative moyenne

La tendance évolutive de l’humidité relative présente plutôt une allure quadratique concave, avec une baisse durant les années 1980 à 1990 pour les trois zones climatiques (figure 5). La tendance est surtout à la hausse à partir de 1990 en zone soudanienne, alors qu’elle est moins significative en zones guinéenne et soudano-guinéenne.

thumbnail Figure 5

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de l’humidité relative moyenne annuelle. Same as figure 2 for the averaged annual relative humidity. Légende : Aug =augmentation; Dim =diminution.

2.2. Perceptions locales liées aux changements climatiques

Les proportions de réponses liées à l’augmentation ou à la diminution de l’intensité de chaque évènement climatique avant 1960 et après l’an 2000 sont présentées dans le tableau 2. L’analyse indique que les perceptions locales sont globalement unanimes quant à l’augmentation de la température ambiante et à l’allongement de la durée des saisons sèches (baisse du nombre moyen de jours de pluie) déjà révélée par la tendance évolutive de la température et de la pluviométrie (figures 4 et 2). Les perceptions liées à la variation des autres évènements climatiques diffèrent d’un groupe culturel à un autre. Par contre, l’âge ne semble pas influencer les perceptions locales liées aux évènements climatiques. En effet, les individus vieux et les adultes ont globalement la même perception de la diminution ou de l’augmentation d’intensité des évènements climatiques. Selon le critère du sexe, on note que les hommes et les femmes ont, dans leur majorité, la même perception de la diminution de la durée de floraison des arbres, de la fertilité des sols, de l’augmentation de la température ambiante et de la durée des saisons sèches. Les perceptions de variation d’intensité des autres évènements climatiques varient en revanche selon le sexe.

Tableau 2

Proportion (%) de réponses liées à l’augmentation ou la diminution des évènements climatiques selon le groupe culturel, l’âge et le sexe. Proportion (%) of answers related to the increase or decrease of the climatic events according to the cultural group, age and sex.

Les résultats d’analyse en composantes principales effectuée sur les données de perceptions ont permis de décrire les relations entre ces perceptions de variation des évènements climatiques et d’affiner leur analyse. Ces résultats indiquent que les deux premiers axes expliquent 72,1% de l’information totale.

La première composante principale oppose la durée de la période de floraison des arbres et la fertilité des sols aux autres évènements climatiques à savoir, les vents violents, le rendement des cultures, l’intensité des inondations, l’apparition de nouvelles maladies, la chaleur ambiante ou la durée des saisons sèches (figure 6). Selon les populations, une augmentation de la température ambiante et de la durée des saisons sèches est donc souvent associée à de vents violents, à une baisse du rendement des cultures et à une fréquence élevée des inondations, ainsi qu’à une apparition de nouvelles maladies et à une diminution de la période de floraison des arbres. La seconde composante principale associe la durée de floraison des arbres à l’allongement de la durée des saisons sèches.

thumbnail Figure 6

Perceptions locales sur les changements climatiques étudiées à partir d’une Analyse en Composantes Principales (ACP) : projection des évènements climatiques et des groupes socio-culturels dans le système d’axes factoriels. Local perceptions on climate changes in Benin from Principal Component Analysis (PCA): projection of climatic events and the socio-cultural groups in the factorial axes system. Légendes : FAH = Fon Adulte Homme; FVH = Fon Vieil Homme; FVF = Fon Vieille Femme; FAF = Fon Adulte Femme; YAH = Yoruba Adulte Homme; YAF = Yoruba Adulte Femme; YVH = Yoruba Vieil Homme; BAAH = Bariba Adulte Homme; BAVH = Bariba Vieil Homme; DVH = Dendi Vieil Homme; DAH = Dendi Adulte Homme; FOVH = Fôôdo Vieil Homme; FOAH = Fôôdo Adulte Homme; PAH = Pila-Pila Adulte Homme; PVH = Pila-Pila Vieil Homme; OAF = Otamari Adulte Femme; OVH = Otamari Vieil Homme; OAH = Otamari Adulte Homme; BOAH = Bôô Adulte Homme; BOVH = Bôô Vieil Homme.

La projection des 20 catégories socioculturelles (tableau 1) dans le systèmes d’axes définis par les évènements climatiques (figure 6) révèle que les adultes des groupes socioculturels Fon et Yoruba, tous localisés dans les zones guinéenne et soudano-guinéenne, de même que les Dendi adultes en zone soudanienne, ont la perception que la température ambiante est élevée et souvent associée aux vents violents, à la baisse du rendement des cultures, aux inondations, à l’apparition de nouvelles maladies et à un allongement de la durée des saisons sèches, contrairement aux hommes et femmes des ethnies Otamari et Fôôdo majoritairement localisées dans la zone soudanienne qui note une bonne fertilité des sols et un allongement de la durée de floraison des arbres. Les Bôô, localisés majoritairement dans la zone soudanienne, ont plus perçu l’intensité des inondations.

Les analyses ci-dessus révèlent que les populations dans leur majorité ont perçu l’augmentation de la température ambiante; des divergences sont toutefois notées dans la relation que les populations locales établissent entre l’augmentation de la température et la tendance des autres évènements climatiques comme le vent, la durée des saisons et les inondations, ou bien les nouvelles maladies.

2.3. Adaptation face aux changements climatiques

Les résultats de l’Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) réalisée sur les données liées à l’adaptation des populations ont montré que les femmes des groupes socioculturels Bariba et Yoruba n’ont pas changé de pratiques agricoles suite aux changements climatiques (figure 7). Ces groupes sont pour la plupart de petits commerçants et ne s’adonnent pas souvent aux activités agricoles. Par contre, les groupes socioculturels Yoruba font des semis précoces. Par ailleurs, la plupart des hommes des groupes socioculturels Otamari, Pila-Pila, Fôôdo, Dendi, Bariba et Bôo appliquent de plus en plus de l’engrais pour fertiliser les sols. Il est utile de noter que l’application de l’engrais pourrait aussi rentrer dans un processus plus général de développement technologique des pratiques agricoles au Bénin plutôt que dans ceux des changements climatiques. S’agissant des autres formes d’adaptations comme par exemple la consultation des dieux, on retrouve les groupes socioculturels Fon, les jeunes et vieux Bôô, tous sexes confondus, et les jeunes hommes Dendi. À part les groupes socioculturels Fon qui sont unanimes dans les formes d’adaptations développées, tous les autres ont présenté différentes adaptations selon le sexe et l’âge face aux effets des changements climatiques.

thumbnail Figure 7

Adaptations face aux changements climatiques : projection des groupes socioculturels dans le système d’axes factoriels à l’issue d’une Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) ; les codes sont les mêmes que ceux utilisés en figure 6. Adaptations face to climate changes: projection of the socio-cultural groups in the factorial systems axes from a factorial correspondence analysis (same codes as figure 6).

3. Discussion

Cette étude qui fait le lien entre les variations climatiques suivant toutes les zones climatiques du Bénin et les perceptions locales est une analyse originale pour le Bénin. Cependant, des progrès considérables sont faits ces dernières années pour évaluer les concepts et tendances des changements globaux du climat (Bryant 1997; IPCC, 1998, 2001a, b et c) et leurs impacts potentiels sur l’agriculture et la foresterie (Rosenzweig et Parry, 1994; Mendelsohn et Williams, 2004; Kurukulasuriya et al., 2006). Globalement, la tendance est à la hausse des températures moyennes annuelles, et à la baisse des précipitations moyennes annuelles. Toutefois, en zone soudanienne, on note une légère reprise de la pluviométrie à partir de 1990. Cette légère tendance à la hausse a été préalablement notée par Lebel et Ali (2009) pour la partie centrale de la zone sahélienne. Ces derniers expliquent ce phénomène par l’allongement de la durée des pluies journalières en juillet à partir de 1990. Quant à l’humidité relative, la tendance présente plutôt une chute dans les années 1980 à 1990 pour les trois zones climatiques du Bénin.

Des études antérieures ont montré que ces variations peuvent avoir des impacts significatifs sur la production agricole amenant de ce fait les communautés locales à adopter des stratégies d’adaptation comme réponses aux conditions d’altération du milieu (Molua, 2008). En effet, l’agriculture africaine est essentiellement pluviale. La stratégie la plus commune utilisée par les producteurs dans ce contexte de changement climatique est le déplacement du calendrier agricole qui consiste à semer les graines dès les toutes premières pluies pour bénéficier selon eux, de toute la durée de la saison pluvieuse. Par ailleurs, les cultures plus adaptées à ce contexte de sécheresse seront les plus bénéfiques à l’agriculture paysanne pluviale. Alternativement, des techniques d’irrigation adaptées devraient être développées pour réduire les effets néfastes liés aux baisses des pluies. Les valeurs de plus en plus élevées observées au niveau de la température couplées à une pluviométrie de plus en plus faible peuvent également avoir des impacts sur les écosystèmes forestiers (Durand, 2007).

Toutefois, les incertitudes sont encore importantes, notamment du fait que certains paramètres peuvent avoir des effets contraires selon les conditions. En effet, l’augmentation de la température ambiante et de l’ensoleillement est favorable à certaines cultures, mais cela peut amener à des résultats désastreux sur l’agriculture si elle est associée à un fort déficit pluviométrique (Durand, 2007). Il a été admis que les conséquences écologiques des prévisions des changements climatiques (Houghton et al., 2001) devraient être relativement prononcées au niveau des zones de hautes latitudes et altitudes (Hall 1988; Maxwell 1992). D’un autre côté, les effets des changements climatiques sur les communautés de plantes ne pourront être expliqués par les réponses physiologiques d’une seule espèce. En effet, dans un même espace coexistent plusieurs espèces de caractéristiques différentes qui ne réagiront pas de la même façon aux variations des conditions du milieu (température, pluviométrie, humidité relative). De ce fait, les changements globaux observés au niveau des variables abiotiques du milieu ne vont pas agir de la même façon sur les espèces, même si celles-ci se retrouvaient dans un même milieu. Dans ce contexte, les interactions liées aux effets de compétition ne seront plus par exemple perceptibles de la même façon que lorsque les espèces étaient dans leurs conditions initiales (Heegaard et Vandvik, 2004).

En outre, les variations observées au niveau de la température (+0,03 °C/an) et de la pluviométrie (-5,5 mm/an) au Bénin ne seront pas sans conséquence économique, aussi bien au niveau macroéconomique qu’à l’échelle des paysans. Les variations similaires de ces mêmes variables climatiques sont observées sur les mêmes périodes dans d’autres pays africains comme le Cameroun (Molua, 2008). Les impacts économiques des changements du climat ont été évalués et il en découle que d’ici 2050, on assisterait à une perte économique d’environ 41% par rapport à la période 1961-2001 pour une augmentation de la température de 2,5°C et une augmentation des précipitations de 8,5%. Néanmoins, pour une augmentation modérée de la température de 1,5°C et une augmentation significative des précipitations de 15%, on assisterait à une augmentation des revenus issus de l’agriculture d’environ 18,5% par rapport à la période 1961-2001 (Molua, 2008). Ceci affecterait l’ensemble de l’économie des pays en développement dont 30% du PIB (Produit Intérieur Brut) sont issus de l’agriculture. Il devient alors urgent d’inclure les considérations climatiques dans les politiques de développement agricole. Ceci devrait passer par le développement des actions tendant à réduire la vulnérabilité des populations, le développement des capacités de suivi des changements du climat et le renforcement de la capacité du secteur agricole à faire face aux variations climatiques.

Les variations observées au niveau des paramètres climatiques, surtout la température ambiante et le nombre moyen annuel de jours de pluie, sont également perceptibles au niveau des populations locales qui arrivent non seulement à confirmer avec beaucoup de certitude les tendances observées, mais aussi à évaluer les conséquences qui en découlent. Ainsi, pour les communautés rurales, les changements climatiques sont à la base des baisses de fertilité des sols et des rendements au niveau agricole, de la prolifération des maladies, de la sécheresse, des inondations, des vents violents, etc. Face à ces menaces qui pèsent sur la survie des communautés rurales, on assiste au niveau local à des stratégies d’adaptation pour y faire face. Les tendances observées le plus souvent varient selon les groupes ethniques, l’âge, le sexe et les activités socio-économiques des ménages. Ainsi, il est observé des stratégies d’adaptation qui se traduisent par un changement des pratiques agricoles (utilisation d’engrais minéral pour faire face aux baisses de production) et techniques culturales (semis précoces pour anticiper sur les pluies précoces à durée plus réduite qu’auparavant). Toutefois, des études antérieures (Hassan et Nhemachena, 2008) ont montré que l’âge et le sexe ne sont pas forcément les facteurs déterminant les stratégies adaptatives développées au niveau local, mais c’est plutôt l’expérience des paysans en matière d’agriculture et les capacités des ménages à avoir accès au crédit et au marché. En effet, en plus des stratégies adoptées au Bénin, il est généralement préconisé aux paysans de diversifier les cultures agricoles, d’utiliser différentes variétés plus adaptées aux variations du climat, d’accroître l’utilisation des techniques d’irrigation, de protection des sols et de maîtrise de l’eau, de combiner davantage l’agriculture et l’élevage, de développer davantage des techniques de culture mixte, d’écourter les longueurs des périodes de culture et de diversifier les activités non champêtres comme solution d’appoint (Dixon et al., 2001; Hassan et Nhemachena, 2008). Ainsi, les paysans arriveront à réduire les dommages en adoptant des stratégies proposées.

Conclusion

La présente étude a permis de décrire l’évolution des principaux facteurs climatiques entre 1960 et 2008 et les perceptions locales et adaptations en matière de changements climatiques. L’étude a révélé une augmentation significative (+1°C) de la température ambiante, une diminution de la pluviométrie annuelle, du nombre moyen annuel de jours de pluie et de l’humidité relative moyenne. Par ailleurs, les perceptions locales liées aux changements climatiques sont en adéquation avec la tendance évolutive de la température ambiante et de la pluviométrie; toutefois, la relation entre l’accroissement de la température ambiante et l’allongement de la durée des saisons sèches avec les autres évènements climatiques est différemment perçue par les populations selon les groupes socioculturels. Les résultats obtenus liés à l’adaptation des populations (semis précoces, utilisation d’engrais minéral) suggèrent que les politiques gouvernementales et les stratégies en matière d’investissement devraient prendre en compte les perceptions locales liées aux changements climatiques pour développer des stratégies d’adaptation face aux changements climatiques, y compris les méthodes institutionnelles et technologiques, et ceci, particulièrement en faveur des fermiers défavorisés d’Afrique.

Remerciements

L’équipe de chercheurs adresse ces remerciements au Ministère français des Affaires Etrangères et Européenne à travers l’Agence Inter-Etablissements pour la Recherche et le Développement (AIRD), pour avoir financé cette recherche par le Fonds de Solidarité Prioritaire (FSP) dans le cadre du projet Recherche Interdisciplinaire et Participative sur les Interactions entre les Ecosystèmes, le Climat et les Sociétés d’Afrique de l’Ouest (RIPIECSA).

Références

  • Adger, N.W., Arnell N. W., 2005 : Successful adaptation to climate change across scales. Global Environmental Change, 15, 77–86. [CrossRef] [Google Scholar]
  • AMMA ISSC, 2005: The International Science Plan for AMMA. http://www.amma.mediasfrance.org/library/docs/AMMA_ISP_May2005.pdf. [Google Scholar]
  • Bowerman, B.L., O’connell R. T., 1993 : Forecasting and Time Series: An Applied Approach, 3rd edition, Duxbury Press, 672 pages. [Google Scholar]
  • Bryant, E., 1997 : Climate processes and change. Cambridge University Press, Cambridge, UK, 225 pages. [Google Scholar]
  • Bush, M., Flenley J., 2007 : Tropical rainforest responses to climatic change. Springer, 225 pages. [Google Scholar]
  • Assogbadjo, A.E., Glèlè Kakaï, R., Chadare, F.J., Thomson, L., Kyndt, T., Sinsin, B., Van Damme, P., 2008 : Folk classification, perception and preferences of baobab products in West Africa: consequences for species conservation and improvement. Economic Botany, 62 (1), 74–84. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Dixon, J., Gulliver, A., Gibbon, D., 2001 : Farming systems and poverty: Improving farmers’ livelihoods in a changing world. FAO (Food and Agriculture Organization), Rome, and World Bank, Washington DC, 41 pages. [Google Scholar]
  • Durand, F., 2007 : Le réchauffement climatique en débats. Ed. Ellipses, Paris, France, 188 pages. [Google Scholar]
  • Folland, C.K., Owen, J.A., Ward, M.N., Colman, A.W., 1991 : Prediction of seasonal rainfall in the Sahel region using empirical and dynamical methods. J. Forecast 10, 21–56. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Hall, D.K. (1988 : Assessment of polar climate change using satellite technology. Rev. Geophys. 26, 26–39. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Hassan, R., Nhemachena C., 2008 : Determinants of African farmers’ strategies for adapting to climate change: Multinomial choice analysis. AfJARE 2, 83–104. [Google Scholar]
  • Heegaard, E., Vandvik V., 2004 : Climate change affects the outcome of competitive interactions an application of principal response curves. Oecologia 139, 459–466. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Houghton, J.T., Merio Filho, L.G., Callander, B.A., Harris, N., Kattenburg, A., Maskell, K. (2001): Climate change 1995 the science of climate change. Working group I, Second Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change. Cambridge University Press, New York, 588 pages. [Google Scholar]
  • IPCC, 1998 : The regional impact of climate change: An assessment of vulnerability. A special report of IPCC, Working Group 11, Summary for policy makers. IPCC, Geneva. [Google Scholar]
  • IPCC (2001a): Climate Change 2001: The scientific basis. Report of IPCC, Working Group I. IPCC, Geneva. http://www.ipcc.ch. [Google Scholar]
  • IPCC, 2001b : Africa (Chapter Ten). Climate Change 2001 : Impacts, adaptation, and vulnerability. Report of IPCC Working Group II, IPCC, Geneva. http://www.ipcc.ch. [Google Scholar]
  • IPCC (2001c): Climate Change 2001: Mitigation. Report of IPCC, Working Group III. IPCC, Geneva. http://www.ipcc.ch. [Google Scholar]
  • IPCC (2007): Climate Change 2007: Impacts, Adaptation and Vulnerability. 4th Report of IPCC Working Group II, IPCC, Geneva, http://www.ipcc.ch. [Google Scholar]
  • Janicot, S., Thorncroft, C.D., Ali, A., Asencio, N., Berry, G., Bock, O., Bourlès, B., Caniaux, G., Chauvin, F., Deme, A., Kergoat, L., Lafore, J.-P., Lavaysse, C., Lebel, T., Marticorena, B., Mounier, F., Nedelec, P., Redelsperger, J.-L., Ravegnani, F., Reeves, C.E., Roca, R., de Rosnay, P., Schlager, H., Sultan, B., Tomasini, M. & Ulanovsky, A. (2008): Large-scale overview of the summer monsoon over West Africa during the AMMA field experiment in 2006. Annales Geophysicae 26, 2569–2595. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Kandlinkar, M., Risbey J., 2000 : Agricultural impacts of climate change: If adaptation is the answer, what is the question? Climatic Change 45, 529–539. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Kurukulasuriya, P., Mendelsohn, R., Hassan, R., Benhin, J., Deressa, T., Diop, M., Eid, H.M., Fosu, K.Y., Gbetibouo, G., Jain, S., Mahamadou, A., Mano, R., Kabubo-Mariara, J., El-Marsafawy, S., Molua, E., Ouda, S., Ouedraogo, M., Sène, I., Maddison, D., Seo, S.N., Dinar, A., 2006 : Will African agriculture survive climate change? World Bank Economic Review 20, 367–388. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Lebel, T., Ali A., 2009 : Recent trends in the Central and Western Sahel rainfall regime (1990–2007), Journal of. Hydrology 375, 52–64. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Maxwell B., 1992 : Arctic climate: Potential for change under global warming. In: Chapin, F.S., Jefferies, R.L., Reynolds, J.F., Shaver, G. R., and Svoboda, J. (eds.), Arctic Ecosystems in a Changing Climate. An Ecophysiological Perspective. San Diego: Academic Press, pp. 11-34. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Mendelsohn, R. & Williams L., 2004 : Comparing forecasts of the global impacts of climate change. Mitigation and Adaptation Strategies for Global Change 9, 315–333. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Minitab, 1996 : Minitab for Windows Release 11. Minitab Inc, State College, PA, USA. [Google Scholar]
  • Molua, E.L., 2008 : Turning up the heat on African agriculture: The impact of climate change on Cameroon’s agriculture. AfJARE 2, 48–64. [Google Scholar]
  • Rosenzweig, C., Parry M., 1994 : Potential Impact of climate change on world food supply. Nature 367, 133–138. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Rowell, D.P., Folland, C.K., Maskell, K., Ward, M.N., 1995 : Variability of summer rainfall over tropical North Africa (1906–92): observations and modelling. Q. J. R. Meteorol. Soc. 121, 669–704. [Google Scholar]
  • SAS Institute Inc, 2003 : SAS Online Doc. 9.1. SAS. Institute Inc., Cary, NC, 651 pages. [Google Scholar]
  • Sivakumar, M.V.K., 1988 : Predicting rainy season potential from the onset of rains in Southern Sahelian and Sudanian climatic zones of West Africa. Agriculture and Forest Meteorology 42, 295–305. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Smit, B., Burton, I., Klein, R.J.T., Wandel J., 2000 : An anatomy of adaptation to climate change and variability. Climatic Change 45, 223–251. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Stockdale, T.N., Anderson, L.T., Alves, J.O.S., Balmaseda, M.A., 1998 : Global seasonal rainfall forecasts using a coupled ocean-atmosphere model. Nature 392, 370–373. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Washington, R., Downing T.E., 1999 : Seasonal forecasting of African rainfall: problems and prospects. Geogr. J. 165, 255–274. [CrossRef] [Google Scholar]
  • Xue, Y., Shukla J., 1998 : Model simulation of the influence of global SST anomalies on Sahel rainfall. Mon Weather Rev 126, 2782–2792. [CrossRef] [Google Scholar]

Liste des tableaux

Tableau 1

Effectifs associés aux 20 principaux groupes socioculturels étudiés (N = 1045). The 20 socio-cultural groups analysed (N = 1045).

Tableau 2

Proportion (%) de réponses liées à l’augmentation ou la diminution des évènements climatiques selon le groupe culturel, l’âge et le sexe. Proportion (%) of answers related to the increase or decrease of the climatic events according to the cultural group, age and sex.

Liste des figures

thumbnail Figure 1

Matérialisation des trois principales zones climatiques au Bénin. Location of the three climatic zones of Benin.

Dans le texte
thumbnail Figure 2

Courbes de tendance de l’évolution du nombre annuel de jours de pluie des trois zones climatiques du Bénin entre 1960 et 2008. Trend curves of rainy days per year for the three climatic zones on 1960-2008 period. Légende : MAPE : erreur moyenne absolue en pourcentage; MAD : déviation moyenne absolue; MSD : déviation moyenne quadratique. Zone 1 : zone soudanienne; zone 2 : zone Soudano-Guinéenne; zone 3 : zone Guinéenne. Legend: MAPE: absolute mean error in percentage; MAD: absolute mean deviation; MSD: quadratic mean deviation. Zone 1: Sudanian zone; zone 2: Sudano-Guinean zone; zone 3: Guinean zone.

Dans le texte
thumbnail Figure 3

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de la hauteur annuelle moyenne de précipitations. Same as figure 2 for the averaged annual rainfall.

Dans le texte
thumbnail Figure 4

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de la température moyenne annuelle. Same as figure 2 for the averaged annual temperature.

Dans le texte
thumbnail Figure 5

Idem que la figure 2, mais pour la courbe de tendance de l’évolution de l’humidité relative moyenne annuelle. Same as figure 2 for the averaged annual relative humidity. Légende : Aug =augmentation; Dim =diminution.

Dans le texte
thumbnail Figure 6

Perceptions locales sur les changements climatiques étudiées à partir d’une Analyse en Composantes Principales (ACP) : projection des évènements climatiques et des groupes socio-culturels dans le système d’axes factoriels. Local perceptions on climate changes in Benin from Principal Component Analysis (PCA): projection of climatic events and the socio-cultural groups in the factorial axes system. Légendes : FAH = Fon Adulte Homme; FVH = Fon Vieil Homme; FVF = Fon Vieille Femme; FAF = Fon Adulte Femme; YAH = Yoruba Adulte Homme; YAF = Yoruba Adulte Femme; YVH = Yoruba Vieil Homme; BAAH = Bariba Adulte Homme; BAVH = Bariba Vieil Homme; DVH = Dendi Vieil Homme; DAH = Dendi Adulte Homme; FOVH = Fôôdo Vieil Homme; FOAH = Fôôdo Adulte Homme; PAH = Pila-Pila Adulte Homme; PVH = Pila-Pila Vieil Homme; OAF = Otamari Adulte Femme; OVH = Otamari Vieil Homme; OAH = Otamari Adulte Homme; BOAH = Bôô Adulte Homme; BOVH = Bôô Vieil Homme.

Dans le texte
thumbnail Figure 7

Adaptations face aux changements climatiques : projection des groupes socioculturels dans le système d’axes factoriels à l’issue d’une Analyse Factorielle des Correspondances (AFC) ; les codes sont les mêmes que ceux utilisés en figure 6. Adaptations face to climate changes: projection of the socio-cultural groups in the factorial systems axes from a factorial correspondence analysis (same codes as figure 6).

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.