Open Access
Issue
Climatologie
Volume 5, 2008
Page(s) 83 - 97
DOI https://doi.org/10.4267/climatologie.794
Published online 09 October 2015

© Association internationale de climatologie 2008

Licence Creative CommonsThis is an Open Access article distributed under the terms of the Creative Commons Attribution License CC-BY-NC (http://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0), which permits unrestricted use, distribution, and reproduction in any medium, except for commercial purposes, provided the original work is properly cited.

Introduction

La Fièvre de la Vallée du Rift (FVR) est une zoonose due à un arbovirus de la famille des Bunyaviridæ, genre Phlebovirus. Même si une large gamme d’animaux est susceptible de développer la maladie, les petits ruminants domestiques et les bovins y sont les plus sensibles (Davies, 1981; Lefèvre, 1997). Après une courte incubation (12 à 72 heures), la FVR entraîne une hépatite nécrosante et une mortalité rapide chez l’agneau (24 heures). Chez les animaux, le symptôme marquant est l’avortement, survenant en vague épidémique dans les populations naïves, ce qui constitue le signe d’appel de la FVR. Chez l’homme, après 3 à 6 jours d’incubation, le tableau clinique revêt des aspects variés, allant d’un banal syndrome grippal jusqu’à des formes sévères : entre 0,5 et 2% des patients présentent des complications oculaires et un peu moins de 1% une atteinte méningée, voire une méningo-encéphalite, ou une fièvre hémorragique avec ictère (OMS, 2000). L’épidémiologie de la FVR est rendue complexe par l’existence de quatre modes différents de transmission : vectorielle par plusieurs espèces d’insectes hématophages, transovarienne chez certains moustiques, directe par contact avec le sang, les sécrétions, le lait ou la viande d’animaux malades, et enfin par inhalation d’aérosols de sang virémique. Sur un plan chronologique, il est fait mention dans la littérature d’une alternance de brèves crises aiguës et de longues phases de silence inter-épidémique, au cours desquelles le virus continue parfois à circuler à bas bruit. D’ailleurs, Ba et al. (2006) soulignent que malgré les nombreuses données accumulées au fil des années, des questions restent encore posées. L’existence d’un cycle enzootique de ce virus soulève la question de ses mécanismes de transmission et de maintien d’une année à l’autre ou sur plusieurs années.

Du point de vue historique, une maladie cliniquement similaire à l’actuelle FVR, décimant les troupeaux, a été décrite pour la première fois en 1912-1913 près du lac Navaisha au Kenya (Prehaud et Bouloy, 1997), puis dans la vallée du Rift en 1931, année où le virus a été isolé (Daubney et al., 1931). Il a néanmoins fallu attendre 1948 pour avoir la preuve qu’il s’agissait d’une arbovirose (Smithburn et al., 1948). Au cours des trente dernières années, la FVR a touché sporadiquement l’ensemble du continent africain, du sud du Sahara à Madagascar, en passant par l’Afrique australe et orientale. Au cours de l’année 2000, une nouvelle étape a été franchie avec le passage du virus d’Afrique en Asie : l’épidémie, qui a sévi en septembre au Yémen et en Arabie Saoudite (Ahmad, 2000; Shawky, 2000), a tué plus de 3000 têtes de bétail et a fait 224 victimes humaines. La FVR est devenue aujourd’hui l’une des plus préoccupantes de la quarantaine d’arboviroses émergentes ou ré-émergentes susceptibles de toucher l’homme (Ndione et al., 2003). Récemment, la FAO (2007) et l’OMS (2007) font état d’une épidémie de FVR au Soudan et, à la date du 21 novembre 2007, 436 cas humains avaient déjà été recencés, dont 161 mortels.

Plus spécifiquement au Sénégal, suite à l’épidémie de FVR en 1987 (Meegan et Bailey, 1988; Provost, 1989; Lancelot et al., 1989; Jouan et al., 1990; Thiongane et al., 1991; Wilson et al., 1994; Zeller et al., 1997) survenue au Sénégal et en Mauritanie, un programme de surveillance active animale et entomologique a été mis en place dans plusieurs zones biogéographiques du pays par l’Institut Pasteur de Dakar. Ainsi, différentes espèces de moustiques appartenant notamment aux genres Culex et Aedes (Meegan et Bailey, 1988; Fontenille et al., 1998; Diallo et al., 2000) ont été identifiées comme vecteurs potentiels de la FVR. Même si ces vecteurs ne sont pas les mêmes qu’en Afrique de l’Est ou du Sud, ils ont le même type de gîte de ponte (mares et zones inondables) et les mêmes préférences trophiques (ils se nourrissent du sang des bovins et des petits ongulés; Fontenille et al., 1998). Ce programme de surveillance a également permis de mettre en évidence, à plusieurs reprises, la circulation du virus de la FVR (Fontenille et al., 1998; Diallo et al., 2000; Sall, 2001; OIE, 2002a, 2002b; OIE, 2003; OIE, 2004).Avant 1987, le virus de la FVR a été respectivement isolé en 1974 et 1983 mais à Kédougou (Fontenille et al., 1998).

Grâce à ces études, il a été établi un schéma probable de transmission calqué sur le modèle de l’Afrique de l’Est (Zeller et al., 1997) mais les résultats récents montrent une nette différence (Ndione et al., 2003; Ba et al., 2005; Diallo et al., 2005). En effet, l’occurrence et la forme épidémiologique de la FVR dépendent de facteurs environnementaux associés à des conditions climatiques particulières. Au Kenya, tout comme partout ailleurs en Afrique de l’Est, les épidémies de FVR apparaissent généralement après des saisons de pluies longues et abondantes (Davies et al., 1985; Linthicum et al., 1999). Les fortes pluies sont associées au phénomène climatique El Niño qui se caractérise par un réchauffement anormal des eaux océaniques dans le centre et l’est du Pacifique. Ces pluies entraînent l’apparition de nombreuses mares temporaires où pullulent des moustiques. La transmission du virus de la FVR serait ainsi favorisée et pourrait alors entraîner l’apparition de foyers (Meegan et Bailey, 1988; Prehaud et Bouloy, 1997). Sur la base de cette relation entre événements climatiques, dynamique des populations de vecteurs et occurrence de foyers de FVR, des modèles statistiques de prévision à grande échelle des épidémies de FVR ont été élaborés et couplés à des données obtenues par télédétection (Linthicum et al., 1999).

En revanche, selon Ndione et al. (2003), le schéma épidémiologique envisagé pour l’Afrique orientale n’a pas permis d’expliquer les événements de la fièvre de la vallée du Rift survenus au Sénégal (Lacaux et al., 2007). Sans nier l’influence de la pluviométrie dans l’émergence de la FVR, l’échelle temporelle de la saison des pluies (pluviométrie totale) n’est probablement pas une variable pertinente. La principale question à laquelle nous voulons répondre est de savoir s’il est possible d’identifier une distribution ou une organisation spécifique de la pluviométrie pour les saisons des pluies au cours desquelles des événements FVR on été enregistrés dans la vallée du fleuve Sénégal. Les pages qui suivent veulent promouvoir une nouvelle démarche qui semblerait plus judicieuse car considérant les variations intra-saisonnières des quantités de précipitations (alternance de périodes pluvieuses et de pauses pluviométriques d’une part, répartition spatio-temporelle de celles-ci d’autre part) en relation avec le niveau des mares, qui sont les gîtes larvaires. Cette approche présente l’avantage de mieux suivre la dynamique de remplissage des zones inondables qui, par ailleurs, contrôle la dynamique des moustiques, vecteurs potentiels de la FVR.

1. Matériel et méthodes

Au Sénégal, depuis 1987, date à laquelle est survenue la première épidémie de la FVR (Meegan et Bailey, 1988; Provost, 1989; Lancelot et al., 1989; Jouan et al., 1990; Sall, 2001; Ndione et al., 2003; Ndione et al., 2005) dans la vallée du fleuve Sénégal, la situation épidémiologique reste préoccupante et une possible recrudescence de l’activité virale à tout moment n’est plus à exclure (OIE, 2002, 2002b; OIE, 2003; OIE, 2004). Au Sénégal, différents programmes de recherches, à l’initiative souvent de médecins, ont tenté de prendre en compte la problématique « Climat-Santé et/ou Environnement-Santé » mais généralement, ils étaient plus ou moins axés sur l’épidémiologie : par exemple, les arbovirus en général et la FVR en particulier sont connus au Sénégal grâce aux travaux de l’Institut Pasteur de Dakar (IPD) et ses partenaires (ISRA, IRD, services de santé…). L’IPD est centre collaborateur OMS de référence et de recherche sur les arbovirus. Ses travaux sont orientés vers le diagnostic et l’épidémiologie opérationnelle (investigations sur foyers), la virologie, la biologie moléculaire et l’écologie virale. Ainsi, il a fallu attendre l’avènement de projets comme EMERCASE sous l’égide de S2E (Surveillance Spatiale des Epidémies), pour qu’une nouvelle orientation des recherches s’opère : à savoir, promouvoir une conception intégrée et transversale de l’étude des grandes épidémies. Ceci a été possible grâce à l’étude simultanée de facteurs classiques de l’épidémiologie et des paramètres climatiques et environnementaux à travers une approche systématique et globale qui avait pour ambition de développer un modèle bio-mathématique.

Ce modèle doit être considéré en retour comme un outil à l’aide à la décision en matière de gestion de la santé vétérinaire et humaine qui permettrait de mieux focaliser la surveillance et la lutte pendant des périodes et à des endroits ciblés. Toutefois, le rendement et les sorties à partir de tels modèles doivent également être testés en fonction de différents scénarios climatiques, interannuels ou basse-fréquences (année sèche/année humide). Mais le préalable à la mise au point de tels modèles de simulation et de prévision est la compréhension des processus et des mécanismes physiques liés à l’émergence des épidémies. Par ailleurs, l es conditions climatiques et environnementales étant déterminantes dans le déclenchement des épidémies, il devient dès lors nécessaire d’identifier, dans ces domaines, des indicateurs ou encore des marqueurs associés à l’émergence des épidémies. Le projet AMMA-EU s’inscrit dans cette dynamique et apporte aujourd’hui sa contribution dans cette réflexion à travers le WP 3.4 (Health impacts).

1.1. La zone d’étude

La zone à risque d’émergence de la FVR jusque-là identifiée par la plupart des travaux reste le bassin du fleuve Sénégal dans sa partie sénégalaise, à l’exception de la Falémé; c’est elle qui correspond à notre d’étude (figure 1; Meegan et Bailey, 1988; Provost, 1989; Lancelot et al., 1989; Jouan et al., 1990; Thiongane et al., 1991; Wilson et al., 1994; Zeller et al., 1997; Fontenille et al., 1998; Diallo et al., 2000; Sall, 2001; OIE, 2002a, 2002b; Ndione et al., 2003; OIE, 2003; OIE, 2004; Ndione et al., 2006).

thumbnail Figure 1

Localisation de la zone d’étude. Location of the study area.

A partir de Bakel, à 800 km de l’embouchure, le fleuve Sénégal entre dans son bassin inférieur. Le lit majeur, de Bakel à l’embouchure, couvre environ 12 000 km2, dont 8000 km2 pour la vallée et 4000 km2 pour le delta (Euroconsul/RIN, 1990). Ce bassin inférieur peut être divisé en 4 unités hydrologiques à savoir : la Haute vallée, la Moyenne vallée, la Basse vallée et le Delta. Le Ferlo, devenu fossile aujourd’hui, est également un sous-bassin du fleuve Sénégal. La vallée du fleuve sénégal est caractérisée par un climat sahélien avec une forte influence océanique dans sa partie occidentale (Sagna, 2000).

1.2. Les données

Les données utilisées sont la pluviométrie journalière de juillet à octobre à Barkédji, Ross-Béthio et Ranérou ayant enregistré des événements FVR respectivement en 1993, 1994 et 1999. Pour la saison des pluies 1993, nous avons disposé des données de Fontenille et al. (1998) utilisées par Bicout et Sabatier (2004). Enfin, pour la saison des pluies 2002, nous avons analysé la pluviométrie, le niveau des mares et les données entomologiques à Barkédji collectées dans le cadre d’un projet CORUS. Ensuite, les méthodes d’analyse ont consisté à déterminer des dates de début et de fin de la saison à partir de critères strictement climatologiques. Le début correspond soit à une succession de deux épisodes pluvieux, soit un jour ayant enregistré au moins 10 mm à partir du 1er juillet.Le seuil de 0,1 mm est utilisé pour caractériser un jour pluvieux. L’analyse fréquentielle des séquences sèches a l’intérieur de la saison repose sur la méthode classique où :

avec nb_seqi, le nombre de séquences sèches d’une durée donnée, et nb_seqtot le nombre total de séquences sèches observées.

Pour les résultats, nous n’avons retenu que les pauses pluviométriques les plus importantes, supérieures ou égales à 13 jours. Nous entendons par pause pluviométrique, une succession de jours sans précipitations. Dans la littérature anglo-saxonne, le terme consacré utilisé est dry spell. En général, durant la saison des pluies, la pause pluviométrique est caractérisée par une période d’accalmie des événements orageux. Elle a des conséquences néfastes sur les cultures et celles-ci peuvent varier en fonction de leurs stades de développement. Les conséquences concernent également les réserves hydriques du sol. Lorsque la pause pluviométrique se prolonge, il s’agit purement d’une sécheresse.

Ensuite, grâce à une analyse rétrospective de la variabilité intra-saisonnière de la pluviométrie pour les saisons des pluies 1993, 1994, 1999 et 2002, nous montrons comment la distribution saisonnière des événements pluvieux a pu jouer un rôle déterminant dans la survenue de ces événements FVR au Sénégal. La principale question à laquelle nous allons tenter de répondre est de savoir s’il est possible d’identifier une distribution ou une organisation spécifique de la pluviométrie durant les années où des événements FVR ont été enregistrés dans la vallée du fleuve Sénégal (Sall, 2001; Ndione et al., 2003; Ndione et al., 2006).

Les considérations sanitaires rapportées sur la FVR pour les années qui font l’objet de cette étude sont décrites comme suit :

  • D’abord, en octobre 1993, la mise en évidence d’une zone de circulation enzootique du virus de la FVR autour des mares temporaires dans le Ferlo est mentionnée grâce au suivi sérologique (test SN, Elisa IgG/IgM) de 160 brebis appartenant à quatre troupeaux sédentaires ainsi qu’aux captures de moustiques autour des mares temporaires dans la zone de Barkédji. Cela a abouti à l’isolement de 14 souches virales à partir de sérums de petits ruminants (une souche) et de pools de moustiques (13 souches). Chez les petits ruminants, les isolements avaient été précédés par trois séroconversions sur 40 sérums analysés, soit 7,5% de séroconversions. Par ailleurs, les 13 souches virales ont été isolées à partir de deux espèces : Aedes vexans (10 souches) et Aedes ochraceus (trois souches; Fontenille et al., 1998).

  • Ensuite, en octobre-décembre 1994, un foyer de FVR a été mis en évidence dans le delta du fleuve Sénégal, plus exactement à Ross-Béthio (Sall, 2001). Les caractéristiques de ce foyer sont un pourcentage de séroconversions (animal séronégatif devenant séropositif) de 32,5%, avec une séropositivité de 12,4% en anticorps IgM antivirus de la FVR et un taux d’avortement des femelles gravides de 50%.

  • En octobre-novembre 1999, un autre foyer de FVR est mis en évidence à Ranérou, dans le Ferlo. Les analyses faites sur le foyer d’avortement en masse des femelles gravides (80%), ont révélé une séropositivité en IgM de 60% (N=40, X=28);

  • Enfin, à la fin de la saison des pluies 2002 (octobre-novembre), plusieurs isolements du virus de la FVR ont été réalisés sur des Ae. vexans et Cx. Poicilipes (Ba et al., 2005).

2. Résultats

Les pluviogrammes permettent d’observer que la principale caractéristique de ces différentes saisons des pluies, est qu’elles se terminent toutes par un pic pluviométrique (figure 2) : 23 mm à Ross-Béthio, 27 mm à Ranérou et 40 mm à Barkédji. Ces pics pluviométriques sont précédés de pauses assez longues : 19 jours à Ross-Béthio en 1994, 15 jours à Ranérou en 1999 et 13 jours à Barkédji en 1993.

thumbnail Figure 2

Evolution de la pluviométrie durant la saison des pluies a) 1993 à Barkédji, b) 1994 à Ross-Béthio, c) 1999 à Ranérou. Rainfall evolution a) during the 1993 rainy season in Barkedji, b) during the 1994 rainy season in Ross Béthio, c) during the 1999 rainy season in Rarerou.

Plus récemment, à la fin de la saison des pluies 2002, à Barkédji, une situation identique s’est produite et les pluies ont cessé de tomber entre le 19 septembre et le 8 octobre (figure 3), soit 19 jours (Mondet et al., 2005a). Notons au passage que la saison des pluies 2002 a connu une évolution particulière puisqu’elle a enregistré trois pauses pluviométriques dont les durées restent quand même assez longues, d’abord du 04 au 23 juillet, ensuite du 25 juillet au 09 août et enfin, la dernière du 19 septembre au 8 octobre. Ba et al. (2005) qui ont travaillé à la mare de Niakha distante du village de Barkédji d’environ 4 km ont observé également trois pauses pluviométriques : d’abord du 8 au 23 juillet, ensuite du 28 juillet au 8 août et enfin, du 20 septembre au 07 octobre. Ceci démontre une fois de plus la forte variabilité spatio-temporelle de la répartition des quantités de pluies, même dans un petit rayon géographique.

thumbnail Figure 3

Evolution de la pluviométrie durant la saison des pluies 2002 à Barkedji. Rainfall evolution during the 2002 rainy season in Barkedji.

La dernière pause pluviométrique a entraîné la baisse du niveau d’eau dans les mares, voire leur assèchement par endroits (figures 4 et 5) avant qu’elles ne soient remises en eau par un cumul pluviométrique de 24 mm en deux jours (8 et 9 octobre 2002). Consécutivement, on a noté une émergence d’Aedes femelles nullipares (figure 5; Mondet et al., 2005a) et l’isolement du virus de la FVR (Ba et al., 2005).

thumbnail Figure 4

Evolution de la pluviométrie et du niveau d’eau dans la mare de Ngao au cours de la saison des pluies 2002 à Barkédji. Rainfall and water level in Ngao pond evolution during the 2002 rainy season in Barkedji.

thumbnail Figure 5

Evolution de la pluviométrie (histogramme), du niveau d’eau (courbe avec flèches et tiretés) et des captures de moutisques Aedes nullipares (courbe simple) à Furdu durant la saison des pluies 2002 à Barkédji (Mondet et al., 2004). Rainfall (histogram), pond’s water level (dash line with arrows) and Aedes nulliparous female distribution (simple line) in Furdu during the 2002 rainy season in Barkedji (Mondet et al, 2004).

Cette situation est identique à celle de Barkédji en 1993 (Fontenille et al., 1998; figure 6). Sur les figures 4 et 5, à chaque événement pluviométrique, l’on peut lire la réponse (battements) de la mare où l’on note une augmentation de la hauteur de d’eau. Précisons que sur les pluviogrammes (figures 2 et 3), les « sauts » représentent les événement pluvieux et les « paliers » sont les pauses pluviométriques.

thumbnail Figure 6

Distribution mensuelle de la pluviométrie (histogramme) et des captures de moutisques Aedes vexans et Culex poicilipes à Barkédji au cours de la saison des pluies 1993. Monthly distribution of rainfall (histogram) and abundance of Aedes vexans (simple line) and Culex poicilipes (dash line) during the 1993 rainy season in Barkedji.

En général, au tout début de la saison de pluies, il faut une pluie supérieure ou égale à 20 mm pour remplir les mares autour de Barkédji (Médias-France et IRD, 2002). Mondet et al. (2005b) précisent que les femelles, dites néonates, vont apparaître 4 à 5 jours après la pluie et ce durant une dizaine de jours. Ces résultats confirment ceux obtenus par Fontenille et al. (1998) qui parlent d’une émergence d’Aedes vexans adultes quatre jours après la première pluie; ce qui en soit est une période courte pour un développement larvaire.

A propos de la variation des populations de moustiques, Mondet et al. (2005b) affirment que « au cours de la saison, si les conditions sont réunies (période de pluies séparées par des pauses pluviométriques), on observera des pics de femelles néonates plus ou moins importants, dont la hauteur dépendra de la durée de la pause et de la quantité d’eau tombée. Le pourcentage d’oeufs susceptibles d’éclore va ainsi dépendre de la variation de la surface inondée, en relation avec le niveau de la mare, en considérant une répartition égale des oeufs sur les parois de la mare. C’est pourquoi d’ailleurs, pour Mondet et al. (2005b), les variations d’abondance de vecteurs du virus de la FVR sont étroitement liées aux pluies. En fin de saison, le nombre de femelles provenant de l’éclosion des oeufs immergés peut être important ». La dynamique vectorielle de la fin de la saison des pluies illustre bien cela (figure 5; Fontenille et al., 1998; Ba et al., 2005).

3. Discussion

Pour mémoire, rappelons que l’hypothèse pluviométrique formulée en Afrique de l’Est à l’échelle saisonnière (FAO, 2001) résiste difficilement dans le contexte du Sénégal (Ndione et al., 2003; Ndione et al., 2005; Lacaux et al., 2007). Les résultats obtenus en examinant la variabilité intra-saisonnière de la pluviométrie nous invitent à réfléchir sur deux questions majeures, à savoir :

  1. l’émergence de la FVR en fin de saison des pluies ne dépendrait-elle pas de l’évolution de la distribution de la pluviométrie journalière durant cette période ?

  2. la pause pluviométrique enregistrée en fin de saison des pluies n’a-t-elle pas une incidence sur la dynamique de populations de moustiques vecteurs ?

A ces deux questions, nous pouvons répondre par l’affirmative. D’abord, l’analyse de la variabilité intra-saisonnière de la pluviométrie à Barkédji (1993 et 2002), Ross-Béthio (1994) et Ranérou (1999) permet de mieux voir que sur trois localités différentes et ce, pour quatre années bien distinctes, nous constatons un profil de fin de saison des pluies quasiment identique. L’intensité et la longueur des pauses pluviométriques survenues en fin de saison de pluies ont comme première conséquence une réduction notoire de la surface en eau des mares (qui sont les gîtes larvaires), voire leur assèchement par endroits.

Ensuite, les fortes pluies (cumul supérieur à 20 mm au mois d’octobre au moment où, en situation normale, les cumuls pluviométriques sont faibles voire nuls) vont non seulement remettre en eau les mares à des hauteurs importantes voire comparables à celles enregistrées en milieu de saison des pluies, mais avoir aussi un double effet sur la dynamique vectorielle. D’une part, elles permettent le maintien à un niveau élevé des populations de Culex (qui du reste sont déjà assez importantes à cette période de la saison des pluies; Fontenille et al., 1998; Mondet, 1999) et, d’autre part, elles contribuent à l’éclosion des œufs des Aedes, qui n’auraient pu éclore qu’en début de saison des pluies suivante, occasionnant du même coup un second pic d’Aedes (figure 5). Pour la saison des pluies 2002 à Barkédji, que se soit à la mare de Niakha (Ba et al., 2005) ou celle de Furdu (Mondet et al., 2004; Mondet et al., 2005a), un second pic d’Aedes (émergence de femelles nullipares) a été identifié alors qu’en situation normale, la population d’Aedes est quasiment nulle en fin de saison des pluies. En regardant d’ailleurs de plus près les résultats obtenus par Fontenille et al. (1998), on parvient aussi à déceler ce second pic de la population des Aedes (figure 6). Mais force est de remarquer qu’à l’époque, la relation entre variabilité pluviométrique intra-saisonnière et dynamique de populations de vecteurs avait peu retenu l’attention ou, en tout cas, n’était pas présentée ainsi. Récemment, des avancées importantes ont été apportées par Bicout et al. (2003), Bicout et Sabatier (2004), Pophyre et al. (2005) ainsi que Ndiaye et al. (2006).

Rappelons que l’une des conditions sine qua non pour l’éclosion des œufs d’Aedes est d’abord leur assèchement, suivi de leur inondation. En fin de compte, la pause pluviométrique de cette fin de saison de saison des pluies a le même effet qu’une saison sèche sur les œufs d’Aedes qui sont pondus sur les rebords de la mare (figure 7).

thumbnail Figure 7

Impact de la pluviométrie sur la dynamique vectorielle après une pause pluviométrique (a et b). Noter sur le schéma (b) l’augmentation du niveau d’eau dans la mare et l’émergence d’Aedes par rapport à la situation dans (a) après un événement pluvieux survenu enfin de saison des pluies; « h » = la hauteur d’eau dans la mare qui varie après un événement pluvieux (adapté de Bicout, 2001). Rainfall impact on vectors dynamics after a dry spell (a & b). Note the difference the increase of the pond’s water level and the emergence of Aedes on the diagram (b) in relation to the situation in (a) after an rainy event at the end of rainy season (adapted from Bicout, 2001).

Avec le concours de la transmission transovarienne (Zeller et al., 1997; Mondet, 1999; Mondet et al., 2005a) même à des taux habituellement faibles (Ba et al., 2006), le virus se retrouve dans un environnement doublement favorable avec des possibilités de dispersion (émergence d’Aedes femelles nullipares) et d’amplification (Culex). Finalement, avec cette nouvelle émergence de femelles d’Aedes, une première étape est franchie dans les conditions favorables à l’apparition de la FVR. Toutes choses étant égales par ailleurs, il semblerait que l’émergence d’un foyer de FVR corresponde à la conjonction dans le temps et dans l’espace d’un ensemble de facteurs : 1) il faut que les conditions environnementales (climatiques et écologiques) permettent l’éclosion d’œufs et la survie d’un nombre suffisant de vecteurs; 2) il faut aussi que ces mêmes conditions, en synergie avec la disponibilité de pâturages de qualité suffisante et les pratiques d’élevage (la transhumance par exemple), favorisent la rencontre des vecteurs et du bétail afin de permettre la transmission du virus aux animaux hôtes; bien évidemment, il faut un nombre suffisamment d’hôtes sensibles ou naïfs, c’est-à-dire réceptifs au virus.

Pour aller plus en profondeur dans cette réflexion, on peut évoquer le rôle des pluies de heug, connues aussi sous le vocable de « pluies des mangues » au Sénégal (De Felice, 1999), survenant en général pendant la saison sèche (janvier-février). En effet, elles pourraient jouer le même rôle que les cumuls pluviométriques élevés et tardifs de la fin de la saison des pluies sur le stock des œufs d’Aedes pondus en strate sur le rivage de la mare. Seulement, en principe, au moment où ces œufs vont éclore pour donner naissance à des femelles nullipares, la présence de Culex est quasiment nulle. Cela signifie qu’il n’y a alors aucune possibilité d’amplification du virus de la FVR à cette période. Mieux encore, durant cette période de l’année (janvier-février), la densité des hôtes (donc du bétail) a considérablement diminué à cause de la transhumance. Finalement, même si la condition pluviométrique se trouvait satisfaite alors que les autres éléments font défaut, la FVR ne saurait se développer.

Les événements FVR au Sénégal peuvent se regrouper en trois catégories : (1) une « circulation occulte » du virus de la FVR (circulation à bas bruit sans signe clinique) comme se fut le cas à Barkédji en 1993 et en 2002, ainsi qu’à Diawara en 1998; (2) un « foyer à faible extension » (Ross-Béthio en 1994 et Ranérou en 1999) et (3) une « authentique épidémie » (Rosso en 1987). En se fiant à cette classification, peut-on discriminer du point de vue environnemental ces différentes catégories ? Au vu des résultats présentés ci-dessus, une circulation à bas bruit (Barkédji en 1993 et 2002) et un foyer localisé (Ross-Béthio en 1994 et Ranérou en 1999) obéissent au même type de profil de saison des pluies. L’on peut dès lors se poser les questions suivantes :

  • Les mécanismes épidémiologiques sous-jacents sont-ils les mêmes pour ces différentes catégories ?

  • Les déterminants environnementaux sont-ils également les mêmes pour ces différentes catégories ?

Notre préoccupation n’est pas d’y répondre ici mais juste de noter qu’il faudra beaucoup d’investigations supplémentaires. A ce propos, Ba et al. (2006) mentionnent une précision non moins importante en ces termes : « Le passage du virus à l’homme semblait accidentel, particulièrement dans les pays d’Afrique de l’Ouest à l’exception de la Mauritanie. À titre d’exemple, lorsque le virus RVF avait été isolé de moustiques capturés en fin de saison des pluies (10 souches isolées d’Ae. vexans et 3 souches d’Ae. ochraceus) à Barkédji dans la zone sylvo-pastorale, une seule souche du virus avait été isolée d’un bovin et aucun cas humain n’avait été signalé. De plus, il avait été noté une absence d’anticorps IgM chez le bétail durant la saison sèche et en fin de saison des pluies dans la même localité. Ceci laissait suggérer que la transmission vectorielle n’avait pas atteint un seuil permettant de déboucher sur une épizootie ». Pourrait-on définir une responsabilité de l’environnement dans le passage de ce seuil d’une circulation virale simple (ou à bas bruit sans signe clinique) à une épizootie ? Ne sommes-nous pas là dans le cas de la plupart des maladies climato-dépendantes ou environnemento-dépendantes qui, même si le climat est impliqué dans le déclenchement du processus, passé un certain stade, il ne le contrôle plus. Nous assistons dès lors à l’entrée en scène d’autres composantes ou systèmes qui, en fonction de leur ampleur, vont apporter des spécificités particulières et déterminantes.

Entre la région naturelle du Ferlo et la vallée du fleuve du Sénégal, il y a une dichotomie qui mérite d’être relevée. En effet, si au Ferlo les mares et les zones basses sont essentiellement mises en eau par les pluies, dans la vallée du fleuve, elles sont doublement dépendantes de la pluviométrie et des variations du niveau du fleuve Sénégal. Malgré ces différences, les résultats discutés ici montrent que, quelle que soit la zone considérée (Ferlo, avec les sites de Barkédji et de Ranérou; vallée du fleuve Sénégal où se situe le site de Ross-Béthio), le même type de profil de saison des pluies a été incriminé dans l’apparition ou l’émergence de la FVR.

Ces nouveaux résultats sont d’une importance capitale. Ainsi, nous sommes parvenus à identifier le type de profil de saison des pluies que nous pouvons qualifier aujourd’hui « d’épidémiologiquement dangereux », c’est-à-dire favorable à l’émergence de la FVR au Sénégal. Ce profil particulier de saison de pluies va avoir une conséquence directe sur la dynamique vectorielle : on obtient alors une évolution bimodale de la population d’Aedes (Ba et al., 2005) alors que celle de Culex va rester unimodale mais avec un pic plus important. Il reste évident que les résultats pluviométriques et entomologiques obtenus respectivement à Barkédji en 1993 et 2002 (Fontenille et al., 1998; Mondet et al., 2005b; Ba et al., 2005), permettent de rapprocher les événements FVR de Ross-Béthio (1994) et de Ranérou (1999) au nom du principe que les mêmes causes ont les mêmes effets… Aujourd’hui, ces résultats peuvent être utilisés en vue d’une amélioration de la prévision saisonnière appliquée à la FVR pour le cas du Sénégal.

Ces résultats viennent confirmer ceux obtenus par Ndione et al. (2003) et Ndione et al. (2005) sur la variabilité inter-saisonnière ou encore interannuelle, en montrant que l’attention portée jusqu’ici à l’abondance des précipitations (cumul ou quantité des précipitations) et à la durée de la saison des pluies n’était pas toujours justifiée. Il s’agit plutôt de voir la répartition des événements pluvieux en relation avec le niveau d’eau à l’intérieur des mares qui sont les gîtes larvaires. Ces résultats contrastent une fois de plus avec ceux de Jouan et al. (1990) ou encore Thonnon et al. (1999).

Conclusion

Ces nouvelles considérations dans la problématique entre pluviométrie et apparition de la FVR au Sénégal constituent une avancée importante. Ceci nous permet de voir que l’association de données climatiques et entomologiques, recueillies in situ, contribue de manière significative à une meilleure compréhension des conditions pluviométriques associées à l’apparition de la FVR. Dans le futur, les investigations pourraient porter sur l’intégration des données issues du terrain et de celles des modèles en vue d’une meilleure approche des conditions environnementales d’émergence de la FVR, en privilégiant l’échelle régionale. Il devient également opportun d’inclure dans l’analyse des éléments du climat tels que la température, l’humidité de l’air, la vitesse et la direction du vent, afin de trouver de nouveaux indicateurs qui permettront de mieux caractériser les années FVR.

Aujourd’hui également, avec les résultats obtenus par Lacaux et al. (2007), les recherches pourraient également s’orienter vers la caractérisation de la préférence écologique, voire environnementale des vecteurs en termes d’habitat. Car, certes identifier le type de profil de saison des pluies épidémiologiquement dangereux constitue une étape fondamentale, mais il faut aussi le mettre en relation avec d’autres indicateurs environnementaux (type de mare préférentiel des vecteurs en fonction de la qualité de l’eau, de la présence ou non de végétation à l’intérieur et à l’extérieur des mares, du type de végétation et de sa densité, de la proximité des campements, etc). Beaucoup de travaux ont montré l’importance des mares ou des gîtes larvaires dans l’émergence de la FVR (Fontenille et al., 1998; Chevalier et al., 2005; Mondet et al., 2005; Ba et al., 2005; Ndione et al., 2006; Pin-Diop, 2006; Lacaux et al., 2007). Les prochains travaux de caractérisation de ces milieux seront d’une importance capitale pour mieux cerner la relation Environnement-FVR. En effet, autour de celles-ci, se crée un environnement variable où les moustiques peuvent prospérer et contribuer à la diffusion et à la transmission de la FVR dans le Ferlo. Dans cette région naturelle du Ferlo, les mares temporaires revêtent un intérêt particulier et ce, pour plusieurs raisons. D’abord, elles sont quasiment la seule source d’approvisionnement en eau entre juillet et février; elles permettent ainsi aux populations de disposer de l’eau de boisson mais également d’abreuver le bétail. Elles deviennent une des zones de contact par excellence entre hôtes (bétail) et vecteurs (moustiques). Pour mieux comprendre ces derniers, il est plus que nécessaire de saisir le fonctionnement des mares et ce, à plus d’un titre. Ainsi, en 2002, nous avons mentionné plus haut, que se soit à la mare de Niakha (Ba et al., 2005) ou à celle de Furdu (Mondet et al., 2005a), un second pic d’Aedes (émergence de femelles nullipares) a été identifié alors qu’en situation normale, la population d’Aedes est quasiment nulle en fin de saison des pluies, mais le virus n’a été isolé qu’à Niakha (Ba et al., 2005). Est-ce que le travail virologique a pu se faire à Furdu ? Nous ne saurions y répondre. En revanche, une autre interrogation pourrait se poser en ces termes : quelle serait la particularité environnementale de la mare de Niaka par rapport aux autres ? Signalons aussi qu’en 1993, le virus y a été isolé… Tous ces éléments réunis devraient contribuer à caractériser les zones et les périodes à risque durant la saison pluvieuse, afin de mieux cibler la surveillance dans le cadre du développement d’un système d’alerte précoce.

Remerciements

Nous adressons notre chaleureuse et déférente gratitude au CNES et à MEDIAS-France pour leur soutien financier à ce programme. Remerciements aux projets de recherche EMERCASE et CORUS du ministère français des affaires étrangère, au fonds FIRMA (Fonds dIncitation à la Recherche de la Météorologie en Afrique) de lACMAD (Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement), à la Direction du Centre de Suivi Ecologique et au Laboratoire de Physique de lAtmosphère et de lOcéan-Siméon Fongang. Depuis 2007, ce programme bénéficie du soutien financier du projet AMMA, à travers le WP 3.4. Basé sur une initiative française, AMMA a été construit par un groupe scientifique international et est actuellement financé par un grand nombre dagences, en particulier de France, du Royaume-Uni, des Etats-Unis dAmérique et dAfrique. Il a été le bénéficiaire dune contribution majeure du sixième Programme-Cadre de Recherche et Développement de la Communauté Européenne. Des informations détaillées sur la coordination scientifique et le financement sont disponibles sur le site dAMMA International http://www.amma-international.org.

Références

  • Ahmad K., 2000 : More deaths from Rift valley fever in Saudi Arabia and Yemen. Lancet, vol. 356, 1422. [Google Scholar]
  • Ba Y., Diallo D., Kebe C. M. F., Dia I. et Diallo M., 2005 : Aspects of bioecology of two Rift Valley Fever virus vectors in Senegal (West Africa): Aedes vexans and Culex poicilipes (Diptera: Culicidae). Journal of Medical Entomology, 42(5), 739–750. [Google Scholar]
  • Ba Y., Diallo D., Dia I. et Diallo M., 2006 : Comportement trophique des vecteurs du virus de la fièvre de la vallée du Rift au Sénégal : implications dans l’épidémiologie de la maladie. Bulletin de la Société Pathologique Exotique, 99(4), 283–289. [Google Scholar]
  • Bicout D. J., 2003 : Compte Rendu de la rencontre « Modélisation sur la fièvre de la vallée du Rift ». 8-9 février 2001, Nîmes, 13 pages. [Google Scholar]
  • Bicout D. J., Porphyre T., Ndione J. A. et Sabatier P., 2003 : Modelling aboundance of Aedes and Culex spp in rain fed ponds in Barkédji, Senegal. Proceedings of 10th International Symposium on Veterinary Epidemiology and Economics (ISVEE), consultable sur www.sciquest.org.nz. [Google Scholar]
  • Bicout D. J. et Sabatier P., 2004 : Mapping Rift Valley Fever Vectors and prevalence using rainfall variations. Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 4(1), 33–42. [Google Scholar]
  • Chevalier V., Lancelot R., Thiongane Y., Sall B., Diaite A. et Mondet B., 2003 : 2005: Rift Valley fever in small ruminants, Senegal. Emerging Infectious Diseases, 11 (11), 1693–1700. [Google Scholar]
  • Daubney R., Hudson J. R. et Garnham P. C., 1931 : Enzootic hepatitis or Rift Valley fever. An undescribed virus disease of sheep, cattle and man from East Africa. The Journal of Pathology and Bacteriology, 34, 545–579. [Google Scholar]
  • Davies F. G., 1981 : The possible role of wildlife as maintenance hosts for some African insect-borne virus diseases. In: Karstad, L., Nestel, B., Graham, M., eds.,Proceedings of the workshop on wildlife disease research and economic development, Kabete, 1980, Ottawa, IDCR, 24–27. [Google Scholar]
  • Davies F. G., Linthicum K. J., James A. D., 1985 : Rainfall and epizootic Rift valley fever. Bulletin of the World Health Organisation, 63(5), 941–943. [Google Scholar]
  • De Felice P., 1999 : La pluie au Sahel. Ed. L’Harmattan, Paris, 159 pages. [Google Scholar]
  • Diallo M., Lochouarn L., Ba K., Sall A. A., Mondo M., Girault L. et Mathiot C., 2000 : First isolation of the Rift Valley fever virus from Culex poicilipes (Diptera: Culicidae) in nature. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 62, 702–704. [Google Scholar]
  • Diallo M., Nabeth P., Ba K., Sall A. A., Bâ Y., Mondo M., Girault L., Abdalahi M. O. et Mathiot C., 2005 : Mosquitoes vectors of the 1998–1999 outbreak of Rift Valley Fever and other arboviruses (Bagaza, Sanar, Wesselsbron and West Nile) in Mauritania and Senegal. Medical and Veterinary Entomology, 19, 119–126. [Google Scholar]
  • Euroconsult/RIN, 1990 : Profil de l’environnement de la vallée du fleuve Sénégal. 60 pages. [Google Scholar]
  • FAO, 2001 : Actes du séminaire sur la surveillance épidémiologique et le contrôle de la fièvre de la vallée du Rift en Afrique de l’ouest (Mali - Mauritanie - Sénégal). Dakar Sénégal, 9-12 avril 2001, TCP/RAF/8931, AC818/F, 72 pages. [Google Scholar]
  • FAO, 2007 : http://www.fao.org/ag/againfo/home/en/rvf.html [Google Scholar]
  • Fontenille D., Traore-Lamizana M., Diallo M., Thonnon J., Digoutte J.-P. et Zeller H. G., 1998 : Nouveaux vecteurs de la fièvre de la vallée du Rift en Afrique de l’Ouest. Emerging Infectious Diseases, 4, 289–293. [Google Scholar]
  • Jouan A., Adam F., Coulibaly I., Riou O., Philippe B., Ledru E., Lejan C., Merzoug N. O., Ksiazek T., Le Guenno B. et Digoutte J.-P., 1990 : Epidémie de le fièvre de la vallée du Rift en République islamique de Mauritanie : données géographiques et écologiques. Bulletin de la Société Pathologique Exotique, 83, 611–620. [Google Scholar]
  • Lacaux J.-P., Tourre Y. M., Vignolles C., Ndione J.-A. et Lafaye M., 2007 : Classification of ponds from high-spatial resolution remote sensing: Application to Rift Valley Fever epidemics in Senegal. Remote Sensing of Environment, 106, 66–74. [Google Scholar]
  • Lancelot R., Gonzalez J.-P., Le Gueno B., Diallo B. C., Gandéga Y. et Guillaud M., 1989 : Epidémiologie descriptive de la fièvre de la vallée du Rift chez les petits ruminants dans le sud de la Mauritanie après l’hivernage 1988. Revue d’Elevage et de Médecine vétérinaire des Pays tropicaux, 42(4), 485–491. [Google Scholar]
  • Lefèvre P. C., 1997 : Actualité de la fièvre de la vallée du Rift. Quels enseignements tirer des épidémies de 1977 et 1987 ? Médecine Tropicale, 57, 61S–64S. [Google Scholar]
  • Linthicum K. J., Assaf A., Compton J. T., Kelley P. W., Myers M. F. et Peters C. J., 1999 : Climate and satellite indicators to forecast Rift Valley Fever epidemics in Kenya. Science, 285, 397–400. [Google Scholar]
  • Medias-France et IRD, 2002 : Suivi des cuvettes au Sénégal, campagne 2001. Projet EMERCASE, Dakar, 26 pages. [Google Scholar]
  • Meegan J. M. et Bailey C. H., 1988 : Arboviruses Epidemiolgy and Ecology. In: Arboviruses Epidemiolgy and Ecology (ed. T. P. Monrath), CRC Press, Boca Raton, 51–76. [Google Scholar]
  • Mondet B., 1999 : Consultation en entomologie concernant les aspects entomologiques de l’épidémiologie de la Fièvre de la Vallée du Rift (Rift Valley Fever) en Mauritanie. TCP/MAU/8923, 14 pages. [Google Scholar]
  • Mondet B., Diaïté A., Ndione J. A., Fall A. G., Chevalier V., Lancelot R., Ndiaye M. et Ponçon N., 2004 : Importance of rain pattern on the biology of Aedes (Aedi.) vexans arabiensis, potential vector of the Rift Valley Fever virus in Senegal. Communication ‘Atelier de modélisation en épidémiologie’, Cargèse (France). . [Google Scholar]
  • Mondet B., Diaïté A., Ndione J. A., Fall A. G., Chevalier V., Lancelot R., Ndiaye M. et Ponçon N., 2005a : Rainfall patterns and population dynamics of Aedes (Aedimorphus) vexans arabiensis, Patton 1905 (Diptera: Culicidae), a potential vector of Rift Valley Fever virus in Senegal. Journal of Vector Ecology, 30, 102–106. [Google Scholar]
  • Mondet B., Diaïté A., Fall A. G. et Chevalier V., 2005b : Relations entre la pluviométrie et le risque de transmission virale par les moustiques : cas du virus de la Rift Valley Fever (RVF) dans le Ferlo (Senegal). Environnement, Risques et Santé, 4(2), 125–129. [Google Scholar]
  • Ndiaye P. I., Bicout D. J., Mondet B. et Sabatier P., 2006 : Rainfall triggered dynamics of Aedes mosquito aggressiveness. Journal of theoretical Biology, 243(2), 222–229. [Google Scholar]
  • Ndione J.-A., Besancenot J.-P., Lacaux J.-P. et Sabatier P., 2003 : Environnement et épidémiologie de la fièvre de la vallée du Rift (FVR) dans le bassin inférieur du fleuve Sénégal. Environnement, Risques et Santé, 2(3), 176–182. [Google Scholar]
  • Ndione J.-A., Bicout D., Mondet B., Lancelot R., Sabatier P., Lacaux J.-P., Ndiaye M. et Diop, C., 2005 : Conditions environnementales associées à l’émergence de la fièvre de la vallée du Rift dans le delta du fleuve Sénégal en 1987. Environnement, Risques et Santé, 4(2), S5–S10. [Google Scholar]
  • Ndione J.-A., Lacaux J.-P., Diop M. et Gaye, A. T., 2006 : Pluviométrie et émergence de la Fièvre de la Vallée du Rift dans la vallée du fleuve Sénégal : nouvelles considérations. ‘Premier Colloque Francophone en Environnement et Santé’, 21-28 mai 2006, UCAD/Dakar, Sénégal.. [Google Scholar]
  • OIE, 2002a : Fièvre de la Vallée du Rift au Sénégal. Informations sanitaires, 15 (51), 263–269. [Google Scholar]
  • OIE, 2002b : Fièvre de la Vallée du Rift en Mauritanie. Informations sanitaires, 15(52), 271–277. [Google Scholar]
  • OIE, 2003 : Fièvre de la Vallée du Rift au Sénégal. Informations sanitaires, 16(47), 253–260. [Google Scholar]
  • OIE, 2004 : Fièvre de la Vallée du Rift au Sénégal. Informations sanitaires, 17(53), 397–402. [Google Scholar]
  • OMS, 2000 : La fièvre de la vallée du Rift. Aide-mémoire, 207, Genève, 1–5. [Google Scholar]
  • OMS, 2007 : http://www.who.int/csr/don/2007_11_22/en/index.html [Google Scholar]
  • Pin-Diop R., 2006 : Spatialisation du risque de transmission de Fièvre de la Vallée du Rift en milieu agropastoral sahélien du Sénégal septentrional. Thèse de l’Université d’Orléans, 239 pages. [Google Scholar]
  • Porphyre T., Bicout D. J. et Sabatier P., 2005 : Modelling the abundance of mosquito vectors versus flooding dynamic. Ecological modelling, 183(2–3), 173–181. [Google Scholar]
  • Prehaud C. et Bouloy M., 1997 : La fièvre de la vallée du Rift, un modèle d’étude des fièvres hémorragiques virales. Annales Institut Pasteur, 8, 233–244. [Google Scholar]
  • Provost A., 1989 : La fièvre de la vallée du Rift. La Recherche, 207(20), 254–256. [Google Scholar]
  • Sagna P., 2000 : Le climat. Atlas du Sénégal, Paris, Editions Jeune Afrique, 16–19. [Google Scholar]
  • Sall B., 2001 : Epidémio-surveillance de la FVR au Sénégal : objectifs, méthodologie, résultats obtenus. In: Lefèvre P. C. éd., Séminaire sur la surveillance épidémiologique et le contrôle de la fièvre de la vallée du Rift en Afrique de l’Ouest, Dakar, FAO, 17–19. [Google Scholar]
  • Shawky S., 2000 : Rift Valley fever. Saudi Medical Journal, 21, 1109–1115. [Google Scholar]
  • Smithburn K. C., Haddow A. J. et Gillet J. D., 1948 : Rift Valley fever: isolation of the virus from wild mosquitoes. British Journal of Experimental Pathology, 29, 107–121. [Google Scholar]
  • Thiongane Y., Gonzalez J. P., Fati A. et Akakpo J. A., 1991 : Changes in Rift valley fever neutralizing antibody prevalence among small domestic ruminants following 1987 the outbreak in Senegal river basin. Research in virology, 142, 67–70. [Google Scholar]
  • Thonnon J., Picquet M., Thiongane Y., Lo M., Sylla R. et Vercruysse J., 1999 : Rift valley fever surveillance in the lower Senegal river basin: update 10 years after the epidemic. Tropical Medecine and International Health, 4, 580–585. [Google Scholar]
  • Wilson M. L., Chapman L. E., Hall D. B., Dykstra E. A., Ba K., Zeller H. G., Lamizana M. T., Hervry J. P., Linthicum K. J. et Peters J., 1994 : Rift valley fever in rural northern Senegal: human risk factor and potential vectors. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 50(6), 663–675. [Google Scholar]
  • Zeller H. G., Fontenille D., Traoré-Lamizana M., Thiongane Y. et Digoutte J. P., 1997 : Enzootic activity of Rift Valley fever virus in Sénégal. American Journal of Tropical Medicine and Hygiene, 56, 265–272. [Google Scholar]

Liste des figures

thumbnail Figure 1

Localisation de la zone d’étude. Location of the study area.

Dans le texte
thumbnail Figure 2

Evolution de la pluviométrie durant la saison des pluies a) 1993 à Barkédji, b) 1994 à Ross-Béthio, c) 1999 à Ranérou. Rainfall evolution a) during the 1993 rainy season in Barkedji, b) during the 1994 rainy season in Ross Béthio, c) during the 1999 rainy season in Rarerou.

Dans le texte
thumbnail Figure 3

Evolution de la pluviométrie durant la saison des pluies 2002 à Barkedji. Rainfall evolution during the 2002 rainy season in Barkedji.

Dans le texte
thumbnail Figure 4

Evolution de la pluviométrie et du niveau d’eau dans la mare de Ngao au cours de la saison des pluies 2002 à Barkédji. Rainfall and water level in Ngao pond evolution during the 2002 rainy season in Barkedji.

Dans le texte
thumbnail Figure 5

Evolution de la pluviométrie (histogramme), du niveau d’eau (courbe avec flèches et tiretés) et des captures de moutisques Aedes nullipares (courbe simple) à Furdu durant la saison des pluies 2002 à Barkédji (Mondet et al., 2004). Rainfall (histogram), pond’s water level (dash line with arrows) and Aedes nulliparous female distribution (simple line) in Furdu during the 2002 rainy season in Barkedji (Mondet et al, 2004).

Dans le texte
thumbnail Figure 6

Distribution mensuelle de la pluviométrie (histogramme) et des captures de moutisques Aedes vexans et Culex poicilipes à Barkédji au cours de la saison des pluies 1993. Monthly distribution of rainfall (histogram) and abundance of Aedes vexans (simple line) and Culex poicilipes (dash line) during the 1993 rainy season in Barkedji.

Dans le texte
thumbnail Figure 7

Impact de la pluviométrie sur la dynamique vectorielle après une pause pluviométrique (a et b). Noter sur le schéma (b) l’augmentation du niveau d’eau dans la mare et l’émergence d’Aedes par rapport à la situation dans (a) après un événement pluvieux survenu enfin de saison des pluies; « h » = la hauteur d’eau dans la mare qui varie après un événement pluvieux (adapté de Bicout, 2001). Rainfall impact on vectors dynamics after a dry spell (a & b). Note the difference the increase of the pond’s water level and the emergence of Aedes on the diagram (b) in relation to the situation in (a) after an rainy event at the end of rainy season (adapted from Bicout, 2001).

Dans le texte

Current usage metrics show cumulative count of Article Views (full-text article views including HTML views, PDF and ePub downloads, according to the available data) and Abstracts Views on Vision4Press platform.

Data correspond to usage on the plateform after 2015. The current usage metrics is available 48-96 hours after online publication and is updated daily on week days.

Initial download of the metrics may take a while.